Étiquettes

,

Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France

Près de 15 millions de personnes ont vu la vidéo où vous quittez le 20 h. de, TF1. Est-ce une stratégie de faire le buzz ?

Non. S’il y a eu un tel écho c’est que cela répond au sentiment profond d’injustice des Français. Ils estiment qu’il y a une loi pour les riches, les forts et les puissants et pour les autres la difficulté et la souffrance. Je n’ai pas fait de « coup », mais un geste symbolique. Cela montre l’état de la fragilité de la société et le besoin d’un président qui soit aux côtés des petits.

La publication de votre patrimoine qui montre que vous étés le candidat le plus riche, peut-elle écorcher cette image ?

Je ne suis pas le plus riche mais le plus honnête et le plus transparent ! Je n’ai pas séparé mon patrimoine pour le mettre au nom de ma femme comme M. Macron et je n’ai pas créé de SCI comme Marine Le Pen. De plus, la moitié de mon patrimoine appartient à mes parents qui sont vivants. J’en ai la nue-propriété.

Vous demandez depuis des années la moralisation de la politique. Les ennuis judiciaires de Fillon et Le Pen vous servent-ils ?

Oui, mais aussi la sincérité. Je ne suis pas allé à la soupe ! J’ai quitté l’UMP en 2007 quand on a gagné : j’ai fait passer mes convictions avant mon intérêt personnel. Cela a été intériorisé par beaucoup de gens dont j’avais la sympathie et qui désormais sont prêts à voter pour moi. Ils ont compris qu’il n’y a rien à attendre de ceux qui ont gouverné depuis vingt ans. Le choix est simple : ceux qui ne changeront rien car ils font semblant de vouloir changer comme MM. Macron et Fillon et ceux qui crient fort et qui risquent de casser et de diviser les Français. Je suis le point d’équilibre entre les deux : tout changer sans tout casser.

Tout changer en créant 2 millions d’emplois. Comment ?

En relocalisant un million d’emplois. Je mets fin aux baisses de charges automatiques : les 40 milliards de baisses de charges de Hollande n’ont pas créé d’emplois. Je veux un système conditionné: il y aura un fort bonus fiscal pour les entreprises qui investissent en France. Ensuite, 75 %, des achats publics seront réservés aux entreprises qui produiront en France. C’est compatible avec les règles de l’OMC. Enfin, j’exonère de toute charge sociale durant cinq ans, ceux qui embauchent un chômeur de longue durée.

Tout ceci ajouté à ma mesure de pouvoir d’achat en direction des petits retraités, ainsi que le retour à l’exonération des heures supplémentaires, va créer de l’activité. M. Macron augmente la CSG et M. Fillon la TVA : ces deux hommes qui ont accablé d’impôts les Français continuent la même logique stupide. Moi je rends aux Français les 60 milliards d’impôts que Hollande leur a pris

Vous n’êtes pas pour le revenu universel mais pour le travail universel…

Le revenu universel est une aberration. C’est délirant qu’un homme politique ose proposer cela, même si cela part d’une préoccupation louable qui est de se demander comment on peut avoir tant d’oubliés dans un pays si riche que le nôtre. À chaque allocation doit correspondre une activité d’intérêt général : quand on perçoit le RSA, on doit donner une journée à la collectivité.

Vous voulez renégocier tous les traités, donc sortir de PUE…

Non, on ne sort pas de l’UE, on n’y participe plus ! On arrive avec un projet alternatif, On refait le règlement intérieur de la copropriété et on vire le syndic, c’est-à-dire la commission de Bruxelles. Ces gens nous ont trahis ! La France est en position de force pour le faire. Je veux reconstruire une Europe au service des peuples, revenir à des projets à quatre ou cinq pays, pas plus. On coopère : on fait l’Europe gaullienne des nations.

Quels sens cela a-t-il d’être gaulliste en 2017 ?

La liberté, le courage et le refus des intérêts : c’est intemporel. Qui imagine le Général de Gaulle se faire offrir des costumes à 6 000 euros par des intérêts privés ? On ne peut pas donner des leçons à la terre entière et ne pas se les appliquer à soi-même.

On vous compare souvent avec Marine Le Pen. Ça vous agace ?

Cela ne m’agace plus. Il y a des points communs comme avec tous ceux qui veulent que la France décide pour elle-même. Mais décider pour quoi faire ? C’est là où nos programmes sont différent. Je ne rase pas gratis. Je ne peux pas remettre la retraite à 60 ans. Je ne veux pas de frexit mais renégocier calmement avec mes partenaires.

Après avoir fait presque 1,8 % à la présidentielle il y a cinq ans. Quel est votre objectif ?

Les sondages me donnent en général le tiers de ce que j’ai au final. Je suis convaincu que je peux être la surprise. Est-ce que M. Fillon sera encore candidat dans trois semaines ?


Propos recueillis par Nathalie Mauret – Le Dauphiné Libéré


Un dicton populaire s’applique particulièrement a cette détermination exprimée de NDP dans cette interview: « C’est mon avis et je le partage ». Reste qu’il faut se demander pourquoi ou plutôt pour qui il travail en sous-mains … il va créer une reserve de voix pour …. Fillon ou Le Pen ????  MC