Mots-clefs

Amies-amis salariés … les raisons du « gel » de l’augmentation des salaires …. « Ils ne gagnent pas assez » …. Refrain bien connu ! MC

En un an, l’indice CAC n’a progressé que de 12 %, quand les actions ont grimpé de 20 % à Londres, 23 % en Allemagne et même 30 % à Wall Street.

La faute aux incertitudes politiques en France. « Pour ne pas être exposé à un risque Le Pen, les brokers incitent à vendre leurs actions françaises, constate Pierre Nebout, chez Edmond de Rothschild AM. Si bien qu’il y a un grand écart entre la situation très satisfaisante des groupes du CAC et la Bourse qui n’en tire pas les conséquences. »

Les ténors du capitalisme français ont néanmoins de quoi se réjouir. Pour la plupart d’entre eux, ils ont réalisé d’excellentes performances en 2016. Sur les 39 groupes du CAC qui ont présenté leurs comptes, 30 ont amélioré leurs résultats d’une année sur l’autre.

La palme revient à ArcelorMittal.

Le numéro un mondial de l’acier a enfin dégagé un bénéfice après quatre exercices consécutifs dans le rouge. En un an, le groupe de la famille Mittal est passé d’une perte nette de 7,3 milliards d’euros à un bénéfice de 1,6 milliard, notamment grâce à la remontée des prix de l’acier. (…)

Quelques déceptions

Airbus (– 63 %) liée aux ratés de l’avion militaire A400M. L’Oréal, en partie à cause des magasins The Body Shop. Vivendi, dont la filiale Canal+ reste à la traîne. « A vrai dire, toute la stratégie du groupe se révèle difficile à saisir », pointe un analyste. Publicis, qui paie les difficultés de ses filiales américaines et perd de l’argent pour la première fois depuis des décennies.

Au-delà de ces déboires ponctuels, l’optimisme reste de mise. « A moins de mesures protectionnistes aux Etats-Unis qui bousculent vraiment la donne, la hausse des profits du CAC devrait se poursuivre », anticipe M. Kubisa, de PwC. En moyenne, les analystes parient sur une nouvelle progression de 14 % des bénéfices par action des grands groupes européens en 2017, puis de 9 % en 2018.


Denis Cosnard, Le Monde Economique – Titre original « 75 milliards d’euros de profits pour le CAC 40 en 2016 » – Source (Synthèse-extraits)