Mots-clefs

, , , , , ,

Sous des allures respectables, les villes FN cachent une violence sourde, faite de chantage et d’intimidation vis-à-vis de toute forme d’opposition.

A l’exemple d’Hénin-Beaumont ou le FN prospère à toutes les élections (…) C’est que Briois, l’un des plus proches lieutenants de Marine Le Pen, s’est donné du mal (…) pour s’emparer de cette ville minée par les factures impayées et les magouilles de l’ancien maire PS Gérard Dalongeville (2001-2009).

Aujourd’hui, celui qui a pour obsession de se montrer « exemplaire » à « réussit » l’expulsion des « cloportes » (sic) de la Ligue des droits de l’homme d’un local municipal au prétexte qu’elle avait soutenu l’opposition, ou l’arrêté municipal anti-mendicité « agressive » (…).

Pourtant la liste est longue de récriminations : intimidations sur les réseaux sociaux, lynchage verbal en plein conseil municipal, accusations permanentes à l’endroit des médias… Mais le maire frontiste s’est « drapé » auprès des électeurs de la ville, des vertus de l’intérêt général.(…)

Les associations représentantes ou dont l’origine provenaient de mouvements politiques ne sont pas « tolérables » pour le FN.

À Hayange par exemple, « le maire a commencé par supprimer nos subventions, il a coupé l’électricité et le chauffage, et même envoyé des huissiers pour empêcher nos bénévoles de travailler », relate Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français. (…)


D’après un article de Pauline Graulle et Nadia Sweeny – Politis – Source (Extrait)/Synthèse