Étiquettes

Ainsi, la France est ce pays où un candidat à la présidence de la République soupçonné d’avoir très grassement rémunéré son épouse pour un emploi fictif peut venir devant les journalistes présenter sommairement ses excuses, décider de lui-même que ce qu’il a fait est légal, puis s’en prendre pêle-mêle – et avec quelle violence ! – à la gauche, à la presse, à la justice, et recevoir aussitôt une sorte d’absolution médiatique.

[Cette presse où] se trouve des commentateurs [bonimenteurs] – toujours à peu près les mêmes – pour applaudir la performance et accorder leur onction

Dans « C dans l’air » (France 5), Françoise Fressoz, du Monde, a jugé que le député de Paris avait « gagné cet exercice » ; il « a été très bon », a renchéri Christophe Barbier (L’Express). Sur France 2, Nathalie Saint-Cricq l’a « trouvé plutôt convaincant même s’il y a eu quelques arrangements avec la vérité ». François Fillon est « sauvé », et ça, « c’était inespéré », s’est enflammée Anna Cabana (Le JDD, BFMTV, Le Télégramme).

Sauvé, le soldat Fillon ? Rien n’est moins sûr tant le candidat de la droite est apparu déconnecté des réalités.

Mais le petit Sarthois au demeurant châtelain et possesseur de son prie-Dieu attributif en son lieu de recueillement favori et ses habituels gestuels a la sortie du monument en distribuant l’aumône parcimonieuse, n’aura pas pour autant, l’hostie rédemptrice du bon peuple, juste de l’entourage d’une cour vaniteuse et intéressée.  MC

copie-d'écran-château-de-Beaucé-les-FillonCopie d’ecran – Le château de Baucé – Propriété des Fillon – Une page de Paris Match


Petit interprétation d’un extrait-synthèse de l’Edito de Denis Sieffert Dans Politis – Source