Mots-clefs

,

…. L’homme politique, candidat à une élection de premier plan, est la cible de soupçons sur les activités d’un membre de sa famille et sur les rémunérations perçues par ce même membre.

Bien sûr, il nie en bloc, il est victime d’un complot, on veut l’abattre en plein vol.

Il va à la télévision à une heure de grande écoute expliquer combien il est triste et déçu d’être traîné plus bas que terre par une officine ou un truc dans le genre.

Il est courageux, il ne tremble pas, il est à la hauteur de la fonction qu’il brigue. (…) … lui, la probité même. Il clame aussi son amour pour sa famille, il défendra les siens, il se défendra, il attaquera, si la justice venait à s’en mêler, il tirerait les conclusions qu’il faut.

(…) … dans un moment aussi décisif de sa carrière. C’est bas, c’est lamentable, des méthodes ignobles. Certains l’applaudissent lors d’un meeting. D’autres dans son camp cherchent déjà un plan B, (…) Tout le monde serre les fesses. Avec un peu de chance, les juges n’iront pas au bout. S’ils vont au bout de toute façon on les accusera d’être manipulés. Et les procédures sont longues.

(…) De toute façon les Français sont habitués, ils ont déjà vu ça, et ils n’ont “pas de mémoire”.

Il faut passer à une autre séquence, porter le débat sur un autre terrain, taper sur une communauté en particulier, par exemple.

On va enfumer ces cons de journalistes. Dans quelques semaines ça ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Ce qui importe c’est la bataille des idées, c’est de défendre ses convictions jusqu’au bout. (…)


Pierre Siankowski  – Edito « Les Inrocks » – Source-Synthèse (Extrait)


Parlement européen : Marine Le Pen refuse de rembourser 300.000 euros

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a rejeté la demande de recouvrement du Parlement européen, à quelques heures de son échéance, portant sur environ 298 400 euros et concernant l’emploi d’une assistante parlementaire, a-t-on appris mardi auprès de la présidente du FN et du trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just. Cette demande concerne son amie et secrétaire, Catherine Griset, employée comme « assistante accréditée » de 2010 à 2016.

Dans ce cas, Marine Le Pen avait jusqu’au 31 janvier pour restituer cette somme, le Parlement européen estimant que Catherine Griset travaillait en réalité pour le FN et non dans les locaux de l’institution. Outre Catherine Griset, les sommes perçues pour rémunérer comme assistant Thierry Légier, son garde du corps, font aussi l’objet d’une procédure, pour un montant de plus de 41 500 euros.

(…) En l’absence de remboursement, Marine Le Pen pourrait se voir retirer à partir du 1er février 50 % de son salaire d’eurodéputée, selon une source parlementaire. De même source, « les recouvrements sont en cours » pour la plupart des députés européens FN concernés, qui contestent tous, comme Bruno Gollnisch samedi dans un communiqué, ces décisions.


Source


[Quel paradoxe d’être à la fois anti-européen, de toucher chaque mois une indemnité en tant que députée européen et de recevoir une somme au travers du groupe Parlementaire européen. De plus les élus FN locaux, bien qu’anti-européen ne se gênent pas pour solliciter des subventions du FEDER (Fonds européen de développement régional). Le Parlement européen a un règlement, parfaitement connu des élus, qu’il applique à la lettre. MC]