Mots-clefs

, , ,

À la lecture des programmes, une vision commune se dégage. Mais aussi des désaccords stratégiques. (…) [A priori rien d’insurmontable si un nouvelle aspiration de gauche veut exister dans les urnes – MC]

Les trois candidats se rejoignent (…) [sur :]

  • légaliser le cannabis,
  • l’autorisation de la procréation médicalement assistée (PMA) pour tous les couples,
  • la fin du diesel, des pesticides toxiques et des perturbateurs endocriniens,
  • le droit de vote pour les étrangers aux élections locales,
  • le retour de la police de proximité,
  • la sortie de l’état d’urgence.

[Mais,] d’innombrables points de détail cristallisent des désaccords stratégiques. Et deux postures se dessinent entre les lignes : une méthode « douce », incarnée par Benoît Hamon et Yannick Jadot (…) et une manière plus « forte », adossée sur des propositions plus tranchées et un goût assumé pour le rapport de force [J-L Mélenchon]. (…)

Sur le nucléaire

  • Benoît Hamon (…), s’en tient aux objectifs fixés par la loi de transition énergétique (50 % de nucléaire en 2025),
  • sortie totale pour Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

Age légal de départ à la retraite

  • Jean-Luc Mélenchon, c’est 60 ans, point.

[Sur les] traités européens, (…) dissensions.

  • Benoît Hamon préconise un moratoire sur le pacte de stabilité, qui impose aux États membres la rigueur budgétaire, et propose une harmonisation sociale ainsi qu’un salaire minimum européen.
  • Yannick Jadot, qui était favorable à titre personnel à la ratification du pacte de stabilité en 2012, souhaite convoquer une assemblée constituante pour supplanter les traités actuels.
  • Les supporters de Jean-Luc Mélenchon veulent frapper beaucoup plus fort en renégociant tous les traités. En cas d’échec, ils ont inscrit à leur programme le rétablissement des frontières nationales sur les capitaux et les marchandises. (…)

Politique économique. En  principe d’accord …

  • fin de l’austérité,
  • hausse du Smic,
  • réduction du temps de travail,
  • encadrement de la finance,
  • fin des traités de libre-échange (Tafta et Ceta),
  • accroissement du contrôle des salariés sur leur entreprise,
  • abrogation de la loi travail, lutte contre l’ubérisation.

Mais avec des nuances d’un programme à l’autre.

  • Jean-Luc Mélenchon (…) Sécurité sociale (remboursement de tous les soins, même pour les travailleurs indépendants) et revendique une série de renationalisations (EDF, industrie pharmaceutique, autoroutes, chantiers navals, etc.) l’arrêt des partenariats public-privé.
  • Benoît Hamon est favorable à des renationalisations partielles,
  • Pour EELV, (…) dénonce surtout le productivisme des grandes entreprises, qu’elles soient publiques ou privées. »

Revenu universel,

  • « La France insoumise » [les Mélenchons] dénonce un « revenu de misère » et y oppose la poursuite du plein-emploi, grâce à l’État
  • Benoît Hamon et EELV invoquent un projet émancipateur et un « nouveau pilier de protection sociale ».

Mais, si ces deux visions s’opposent, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon proposent à court terme, sous des appellations différentes, deux mesures comparables. Le « revenu universel » de Benoît Hamon (750 euros pour tous les 18-25 ans) ressemble à « l’allocation d’autonomie » de Jean-Luc Mélenchon. À la différence – certes importante – que le candidat de la France insoumise la propose « sous conditions de ressources ».

VIe République.

(…) Ils défendent chacun à leur façon une transition vers un régime parlementaire, avec un cumul des mandats limité dans le temps et une assemblée élue à la proportionnelle (…) … mais la France insoumise considère que sa version de la réforme constitutionnelle n’est pas soluble dans le projet des deux autres candidats. Car elle a placé la convocation d’une assemblée constituante en son cœur. (…)

Au total, les points de convergence semblent suffisants pour faire éclore une plateforme convaincante de revendications. (…)


Erwan Manac’h – Politis, titre original « On a comparé les programmes de Hamon, Jadot et Mélenchon » – Source (Extrait)