Mots-clefs

, , ,

L’orateur reste beau parleur malgré les ans mais la prestance c’est défranchie et l’auditoire c’est dispersé avec le temps et les virevoltes. Voilà ce qui reste de celui qui faisait le cœur d’un article à la même époque l’année dernière, titré « Alain Minc est-il Rastignac ? ». Le voilà avec un nouvel essai d’éveil … mais c’est loin d’être le phénix.

Alain Minc : « Je vais voter Macron »

INTERVIEW – Longtemps proche de Nicolas Sarkozy, soutien d’Alain Juppé à la primaire de la droite, l’essayiste et homme d’affaires annonce au JDD qu’il a choisi le candidat d’ En marche!

  • Votre candidat à la présidentielle, Alain Juppé, a été éliminé. Avez-vous choisi un candidat de remplacement?

Je vais voter Emmanuel Macron. Pour une raison : il est le seul candidat authentiquement européen. Ses meetings sont les seuls où l’on voit des drapeaux européens. (…)

  • Il y a quelques semaines encore, pourtant, vous souteniez Juppé…

Je regretterai toujours le résultat de la primaire. Si Juppé avait gagné, il n’y aurait pas de sujet Macron. Mais Macron a ce que Napoléon exigeait de ses généraux : du talent et de la chance. Le talent, il l’a montré. La chance, il en a tous les jours. (…)

  • Comment accueille-t-il votre soutien?

Il ne le sait pas encore.

  • Vous voulez dire qu’il va le découvrir en lisant le JDD?

[Moue malicieuse.] Je vais lui faire un texto : « Lis le JDD. »

  • Les mauvaises langues vont dire que votre choix de voter Macron est un très mauvais signe pour ce dernier. Car vous avez le chic pour soutenir des candidats défaits : Balladur en 1995, Sarkozy en 2012, Juppé à la primaire…

Mais je ne cherche pas à soutenir le vainqueur! Je soutiens celui dont je me sens le plus proche. À mon âge, je ne fais pas de pari, je m’en fous. À l’origine, je pensais que je voterais Macron en 2022… Je lui disais qu’il se trompait d’échéance ; j’avais sous-estimé le désir de changement de la société française. Je ne dis pas qu’il va atteindre le deuxième tour, mais il se passe quelque chose autour de lui, c’est évident. (…)

  • Allez-vous tenter d’infléchir le programme économique de Macron?

Vous le connaissez, vous, son programme économique? [Rire.] On le devine quand même avec le ralliement de Jean Pisani-Ferry. Les comptes seront tenus. Cela me rassure du point de vue macroéconomique. Mais sera-t-il assez libéral micro-économiquement? Je l’espère. Quand on est européen, on est obligé d’être libéral. Si on veut faire un pas de plus dans la construction européenne, il faudra rassurer les Allemands et pour cela, il faudra faire un certain nombre de réformes.

  • Quel conseil donneriez-vous à Macron?

Il faut qu’il donne des signes rassurants en matière régalienne. De ce point de vue, les seuls soutiens de gauche qui, à mon avis, lui seraient très utiles, sont ceux de Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian. Macron devrait annoncer qu’en cas de victoire, il les gardera dans son gouvernement.


Anna Cabana Et Christine Ollivier – Le Journal du Dimanche, Source (Extrait)


Rappel succinct de l’article du 03 fev. 2016: Pendant de nombreuses années, Alain Minc a été l’un des symboles du capitalisme de connivence à la française. Éminence grise d’abord d’Édouard Balladur, du temps où il était premier ministre, puis de Nicolas Sarkozy, du temps où il était le chef de l’État ; conseiller occulte de quelques très grandes fortunes ; président du conseil de surveillance du Monde ; essayiste prolifique : il a longtemps joué les entremetteurs du capitalisme parisien.

Jouant perpétuellement de son influence dans l’un de ces univers, ceux des affaires, de la politique ou de la presse, pour en tirer avantage dans l’autre, il a tout au long des années 1990 et 2000 incarné l’extrême tolérance du système français aux conflits d’intérêts.

(…) La fâcherie entre Nicolas Sarkozy et Alain Minc est donc le point d’orgue d’une histoire prévisible, car le conseiller occulte a trahi un à un tous ses amis, apportant à d’autres les secrets qu’il avait initialement avec eux.

(…) Alors que pendant de longues années l’influence d’Alain Minc dans la vie parisienne des affaires a progressivement décliné, à partir du moment où il a été brutalement déchu de son poste de président du conseil de surveillance du Monde, (…)


Mauduit Laurent, Médiapart – Source (Extrait)