Étiquettes

Décidément le pluralisme des idées, l’authentique confrontation politique quitte l’esprit des chaînes de radio et de télévision.

Les pôles publics de France Télévisions et Radio France, (1) que je défends par ailleurs, donnent le mauvais exemple. L’Humanité comme nos confrères de La Croix ou de Politis ou encore du Monde Diplomatique et bien d’autres qui font entendre un autre son de cloche sont quasiment interdit de micro. Certes, on ne trouvera nulle part un décret d’interdiction. Non ! C’est devenu une presque banalité, une normalité.

Voici que France 2 lance en prévision de l’élection présidentielle une nouvelle émission baptisée « Le club de la presse ».

La première a eu lieu dimanche dernier, après le journal télévisé. Elle ressemblait, une fois de plus, à la discussion du café du commerce avec des journalistes aussi [peu] « neutres » que M. Duhamel, M. Brunet et deux autres confrères de Challenges et du Journal du Dimanche. [C’est ils ont leurs opinions et pour les respecter sauf que dans ce panel il y a aucun contradicteur et par conséquent l’information dans ce cas, devient déformée et orientée]

Transpirait de cette émission la hargne contre toutes les conquêtes du Conseil National de la Résistance. La première question de l’émission invitait Alain Duhamel à émettre son vœu pour l’année nouvelle. Du tac au tac, il réclama de chaque candidat qu’il ne fasse aucune promesse qui ne serait pas financée. Tout est ici ! Vous ne devez penser que dans les cadres actuels ! Si au sortir de la seconde guerre mondiale, dans un pays dévasté et ruiné, Ambroise Croizat et le Général De Gaulle avaient ainsi raisonné, il n’y aurait jamais eu de Sécurité sociale et le pays aurait eu plus de mal à se relever. Il est heureux qu’une pensée inverse l’animât, comme celle qui érigea le statut de la fonction publique. Tout droit social, tout bien commun au service de tous est aussi la condition du redressement et du développement économique.

On y a [toutefois] sondé, avec l’air savant, le cerveau caché des candidats, les tactiques obliques, les phrases devenues petites au fur et à mesure qu’on les découpe, les jugements sentencieux, (…) Dans leur bouche, chaque électeur devient un sujet au service de tactiques biscornues. (…)

Tous sur le plateau ont défendu comme « intelligente » cette incroyable profession de foi de M. Fillon déclarant qu’il ne serait pas dur avec la Sécurité sociale puisque « chrétien ». (…) Sa foi si « chrétienne » le conduira-t-il à soutenir Cédric Herrou poursuivi pour « aider son prochain », la salariée d’Auchan qui perd son enfant parce qu’on l’oblige à rester « attachée » à sa caisse, ou encore la défense des services publics alors qu’il veut purger cinq cent mille emplois.

À aucun moment ne fut reproché aux candidats du PS de ne pas avoir ouvert les débats pourtant nécessaire sur le financement d’une cinquième branche pour le crucial enjeu de l’autonomie ou celle permettant une « sécurité »  de L’emploi. De même un nouveau partage des richesses et une nouvelle manière de produire et de consommer, combinés à un nouvel âge de la démocratie participative d’intervention, conditionnent un développement durable, respectueux de la planète.

Quand et où en débattra-t-on enfin sérieusement ? Tout le monde, à commencer par les journalistes, auraient tout à gagner dans de pluralistes débats publics !

Très largement inspiré d’un article de Patrick Le Hyaric – Source originelle 


Juste un rappel, le financement public de Radio France et France Télévisions se faisant par le biais des impôts de chacun, il est–il serait–normal que toutes les tendances politiques souhaitant s’exprimer soit représentée les échelons y compris parmi les journalistes, experts divers, sondages, etc. Ce n’est hélas pas le cas pour ses services publics comme d’autre part les autres diffuseurs médiatiques sont exclusivement gérés par des sociétés commerciales, les propositions d’informations sont toutes orientées par le libéralisme. Dans ces conditions il est nécessaire de consulter des médias non représentés actuellement dans l’audio et télévision, pour essayer de contrebalancer l’information dirigiste diffusée quotidiennement.

MC