Mots-clefs

, , , ,

Il y a dans certains médias, des articles dont les rédacteurs journalistes ne font que du « noircissement » de page.

L’exemple de cet article paru dans « le Figaro » (*) est bien dans cette tendance ou est affirmé une chose et son contraire, plusieurs fois, tout au long de ce paragraphe  … destiné en priorité « normalement », à informer le lecteur.

Il traite de l’actualité du jour, concernant Donald Trump et les rapports de dépendance que la Russie « exercerait » -certainement, mais peut-être, c’est sûr, mais nous n’en savons rien, d’ailleurs je vous informe que, peut-être, enfin moi, j’vous dis ça …

Alors oui, inquiétant le « noircissement » de pages, soi-disant des news qui se révèlent ne pas en être …  À qui se fier ?

Pour autant mon propos n’est pas d’exonérer, plaindre, ou maudire « Le Donald » … pour le moment et à la vue de sa prestation et de ses propos lors de l’investiture, il n’a fait de mal qu’à lui-même et au peuple américain.


MC


(*) Oui je parcours « Le Figaro » qui bien que n’étant pas ma lecture préférée, a des développements que je peux entendre et intégrer pour me faire une idée, suivant les thèmes abordés.

(1) un premier clic vous amène sur une autre page un clic sur cette deuxième ligne vous envoie un téléchargement qu’il vous faudra ouvrir avec un logiciel PDF gratuit (il y en a plein sur le net) ou a la rigueur avec Adobe gratuit.


Ajout à l’article

Meryl Streep attaque Trump qui ne tarde pas à réagir

Lors de la cérémonie des Golden Globes qui s’est déroulée dimanche, Meryl Streep a attaqué le Président élu américain Donald Trump. Connu pour son franc-parler, ce dernier n’a pas tardé à réagir.

L’attaque de Meryl Streep

Alors que Donald Trump n’a pas encore officiellement déménagé à la Maison Blanche, l’homme d’affaires se fait encore plus d’ennemis à Hollywood. Lors de la cérémonie des Golden Globes qui s’est déroulée dimanche, la comédienne multi-primée Meryl Streep a lancé de vifs pics au Président élu américain.

La comédienne de 67 ans a notamment ironisé sur ce qui avait été pour elle la « performance » de l’année lorsque Donald Trump avait imité en novembre 2015, un journaliste du New York Times, Serge Kovaleski, qui souffre d’une maladie articulaire.

Elle a estimé, dans des propos traduits par RTL, que ce genre de comportement « s’immisce dans la vie de tout le monde, parce que cela autorise d’autres à faire la même chose ». « L’irrespect amène l’irrespect. La violence incite à la violence », a ajouté l’inoubliable Miranda du film ‘Le Diable s’habille en Prada’, avant d’ajouter : « et quand les puissants se servent de leur rang pour brutaliser les autres, nous sommes tous perdants ».


La réponse de Trump

Face à cette attaque, Donald Trump n’a pas tardé à réagir. « Meryl Streep, une des actrices les plus surcotées d’Hollywood, ne me connaît pas et m’a attaqué hier soir aux Golden Globes », a-t-il écrit sur Twitter en ajoutant que Streep n’est qu’un « larbin d’Hillary qui est largement perdante ».

Il assure également ne s’être jamais moqué du journaliste handicapé. « Pour la centième fois, je ne me suis jamais moqué d’un journaliste handicapé (je ne ferais jamais ça) mais j’ai montré comment il « rampait » quand il a changé entièrement une histoire d’il y a 16 ans écrite dans le but de me montrer sous un mauvais angle », a-t-il posté en martelant que les « médias toujours aussi malhonnêtes ! ».


Source