Étiquettes

, , ,

Note : l’article qui suit n’est volontairement qu’un extrait très limité tirer du site web « le vent se lève-(lvsl.fr) » que je vous invite à lire dans son intégralité sur son support, mais aussi un site à lire d’une façon régulière tant leurs informations efficacement recoupées, semble très proche de la réalité -si tant est que l’information puisse être neutre, elle est tout au moins présentée sous un autre jour que les médias traditionnels-. MC

Entretien avec Jérôme Sainte-Marie est politologue, et préside la société d’études et de conseil PollingVox. Il a récemment écrit « Le nouvel ordre démocratique » aux « Editions du moment » où il analyse la crise de confiance généralisée envers le système représentatif en France. (…)

  • Impossible de commencer sans évoquer la crise de légitimité que traverse actuellement le milieu du sondage politique. (…) Vous dirigez vous-même un institut de sondage, comment analysez-vous cette situation ?

A l’évidence, et bien que les trois cas soient très différents, ce ne sont pas des performances remarquables pour les instituts de sondage ! Je ne parlerai que de ce que je connais bien, les études d’opinion faites en France. (…)

Le problème n’a pas été la taille de l’échantillon et la fameuse « marge d’erreur » (…) Tout le problème fut, et l’on retrouve cela pour la primaire de la « belle alliance », que l’opinion ne se cristallise pas vraiment dans ce genre de campagne. (…) les sondages dits d’intentions de vote, (intitulé très abusif lorsque l’opinion n’est pas encore formée), exercent toujours la même fascination. (…)

  • Ces derniers temps, Emmanuel Macron semble s’être installé dans le champ médiatique comme la nouvelle coqueluche. (…) Pensez-vous qu’il s’agisse d’une bulle ou d’un phénomène plus profond ?

(…)… qu’Emmanuel Macron soit devenu l’enfant chéri des médias dominants n’a rien que de très logique. (…) C’est la figure classique du poulain politique dont s’entiche la superstructure (…) la Banque. Le produit politique de l’année, si l’on veut. (…) … derrière ce tumulte, il faut qu’il y ait une pensée parfaitement conforme aux intérêts dominants. Comme le Capital ne vote pas, il faut bien qu’il fasse voter. (…)

Pour Emmanuel Macron le moment décisif sera selon moi courant février, lorsque les gens qui ne s’intéressent au jeu électoral que par intermittence, notamment parmi les catégories populaires, commenceront à faire leur choix. (…)

  • Une autre personnalité semble jouir d’un regain de popularité. Il s’agit de Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci s’appuie notamment sur une forte visibilité sur les réseaux sociaux, il connaît d’ailleurs un succès inédit sur Youtube. Dans quelle mesure pensez-vous qu’il soit possible de matérialiser cette popularité en réussite électorale ?

La configuration est là très différente. (…) Jean-Luc Mélenchon, (…) a rassemblé 11,1% des suffrages exprimés en 2012. C’était un score important, [surtout en tenant compte de l’attractivité d’influence exercée par plusieurs médias en faveur] du vote utile (…) en faveur de François Hollande (…). Cela donne à penser sur la notion de vote utile, d’ailleurs [tout comme le rôle joué par les différends médias].

La radicalisation du discours politique libéral [des droites- notamment celui de François Fillon et de Marine Le Pen–], lui donne une chance (…) … [et] permet à Jean-Luc Mélenchon d’étendre son influence à gauche. (…) Les moyens d’expression qu’il s’est choisis – mélange de traditions et d’innovations, d’émissions classiques et de vidéos, etc – fonctionnent aussi parce qu’ils illustrent ce pari idéologique. (…)

Propos recueillis par Maximilien Dardel pour LVSL –Source (Extrait) http://lvsl.fr/faillite-des-sondages-crise-ps