Mots-clefs

,

« Semblant » ; ce me semble être le meilleur qualificatif pour Emmanuel Macron. Ce « jeune » bellâtre politique qui affirme être de la « communauté de gauche » tout en énonçant des théories libérales de droite ; copains comme cochon avec la haute finance, rasant gratis un jour pour la gauche et donnant perruque continuellement à la droite. MC

Il suffit de lire les titres de la presse, d’écouter les médias radio et télévisuels pour deviner quel est le candidat que les capitaines d’industrie souhaiteraient voir élu Président. …………………………………………… Tous les liens sont cliquables

Aussi incontestable qu’imprévisible, le phénomène Macron menace de plus en plus nettement la rente de situation d’un François Fillon qui multiplie, lui, les erreurs depuis sa victoire à la primaire. Le succès sondagier de l’ex-ministre de l’Economie fait aussi peser un réel risque de marginalisation sur le PS et plus encore sur le candidat qui sortira vainqueur de sa primaire. Pour Emmanuel Macron, les sondages se suivent et se ressemblent (Extrait de l’article)

La foi et la politique

La Conférence des évêques de France a publié une longue lettre dans laquelle elle appelle les habitants à retrouver «le sens du politique», François Fillon, lui, doit sa victoire aux primaires en partie à l’électorat catholique. Plus que jamais, les «cathos» veulent peser dans le débat public ?

On a toujours publié des documents avant les élections pour dire : Attention, c’est une échéance importante. Ce pays, on l’aime, et voter, c’est prendre ses responsabilités. Nous n’avons pas pris position sur les primaires. Mais que les chrétiens votent en fonction de leurs convictions, c’est la moindre des choses.

Que dîtes-vous aux catholiques qui entendent voter FN à la présidentielle ?

Je leur dis : Votez pour ce qui vous paraît être le bien véritable de ce pays, pour celui qui fera progresser la paix, la sécurité, l’emploi, l’éducation, la santé, le respect des plus petits…. Et pas parce que vous êtes révoltés et que vous jugez que les politiques sont pourris. Il est facile de tout critiquer. On a le droit de contester, mais il faut surtout construire. A mon avis, chacun doit voter d’abord pour le candidat qui lui semble le plus apte à exercer la fonction. (Extrait de l’interview de Mgr Barbarin)