Mots-clefs

, , , ,

Aujourd’hui « ça va mieux », n’en déplaise à ceux qui préfèrent aiguiser les sarcasmes ! Moqué au printemps pour avoir lancé ce nouvel élément de langage destiné à la communication gouvernementale, de la pure méthode Coué, de « l’hypnose » selon ses détracteurs, la formule présidentielle est désormais un constat.

Du moins sur le marché du travail, où les signes de reprise sont incontestables : selon l’Insee, les créations d’emplois privés ont atteint, au 3 e trimestre, un niveau jamais vu depuis la crise de 2008.

Car les chiffres sont là, tangibles.

Le secteur marchand (privé non agricole) a enregistré un sixième trimestre consécutif de créations nettes d’emplois, avec 52.200 nouveaux postes au 3e trimestre. Du jamais-vu depuis le 3e trimestre 2007. Une tendance confirmée sur un an, avec un total de 145.100 emplois salariés supplémentaires. Principale locomotive de ce nouveau cycle enclenché par la machine française, les services (+ 136.000) créent des emplois de manière continue depuis deux ans.

Suivis par l’intérim, lui aussi bien orienté (+ 49.000). L’emploi intérimaire s’est en effet refait une santé et dépasse le cap symbolique des 600.000 personnes, pour la première fois depuis mi-2008. Loin d’être guéries, en revanche, la construction mais surtout l’industrie. Cette dernière continue de broyer du noir sans discontinuer depuis 2001, soit 62 trimestres consécutifs dans le rouge.

Une embellie dont se targue le gouvernement. Elle « témoigne de la confiance retrouvée des entreprises », se félicite la ministre du Travail, Myriam El Khomri, grâce notamment aux mesures comme « le pacte de responsabilité, le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) et l’aide à l’embauche PME… ». De quoi leur redonner plus d’oxygène, ce que confirme l’économiste Mathieu Plane, de l’OFCE : « Tous ces dispositifs aujourd’hui en régime de croisière ont permis de relancer une croissance riche en emplois et les effets ont également été accélérés par le succès de la prime à l’embauche. »

Depuis le 1er janvier, chaque entreprise ou association qui engage un nouveau salarié rémunéré jusqu’à 1.900 € brut mensuels bénéficie, durant les deux premières années du contrat, d’une prime trimestrielle de 500 €, soit 4 000 € au total. Sans compter que, cette année, grâce au plan 500.000 formations, les nouveaux actifs sur le marché du travail, habituellement de l’ordre de 130.000 nouveaux entrants, sont moins nombreux à chercher un travail : 90.000 selon l’OFCE.

Autant d’éléments d’une véritable éclaircie, qui devrait permettre à François Hollande d’honorer sa promesse d’une inversion de la courbe d’ici la fin de l’année, sésame d’une nouvelle candidature à la présidentielle.

Et, pourquoi pas, de l’annoncer dans la foulée de la publication des chiffres du chômage d’octobre, prévue le 24 novembre. Juste après la parution jeudi prochain du taux de chômage du 3e trimestre. Des résultats très attendus qui, selon les pronostics de Mathieu Plane, « devraient être bons ».


Catherine Gasté, Le Parisien, Titre original de l’article « Chômage : Hollande à deux doigts de gagner son pari » – Source


Note : Je ne sais pas si cet article est a prendre comme chèvre ou miel.

Chèvre dans sa gestion de l’austérité faisant mécaniquement baisser les salaires et produire des emplois précaires, d’autre part en détricotant le code du travail il aide a considérer les salariés comme des Kleenex.

Chèvre encore, car le fond de pensée est-il de faire croire aux électeurs de gauche, à la possibilité qu’Hollande brille lors de l’élection présidentielle (ce qui sous entendrait une union des « gauches » allant de l’extrême gauche au centre « presque »droit – une allégorie en perspective) et réussisse a passer un deuxième mandat sans mouvement populaire.

Miel en pommade que cet article, lui si attaché au colportage des medias, une prose  pour l’inciter a se présenter et qu’il prenne personnellement la plus belle veste de sa vie et entraîne pour plusieurs élections, la gauche dans l’oublie …

Quels sont les jeux des médias alors que leurs propriétaires sont tous des patrons de grandes entreprises et qu’ils ont engrangés grâce aux décisions de ce gouvernement, des subsistes important, la quasi fin des 35 h, un code du travail a leurs convenances, etc. la main-mise sur les décisions des collèges de santé et l’obligation d’une mutuelle complémentaire privée, durant cette mandature d’Hollande !

MC