Mots-clefs

, , , ,

Il y a les guerres frontales et les guerres de tranchées. (…)

Ces guerriers qui tracent leur route en pariant sur la déliquescence de l’adversaire, qui rêvent de ce moment où ils n’auront plus qu’à se pencher pour ramasser des miettes et s’imposer faute de mieux. Manuel Valls, Emmanuel Macron, François Hollande ont successivement ce mercredi mené cette drôle de guerre. Manuel Valls ne le dit pas mais le pense très fort : c’est François Hollande qui se retrouve aujourd’hui en miette.

(…). L’émiettement, c’est Manuel Valls, estiment les hollandais, celui qu’il créerait au Parti socialiste s’il venait à être candidat. Prononcez le nom de Manuel Valls, vous avez aussitôt ceux de Ségolène Royal et de Christiane Taubira qui sortent du chapeau et les Aubryste qui s’étranglent. François Hollande, comme garant de l’unité du parti !

S’il y en a un, en tout cas, qui ne perd pas une miette de ce nouveau bras de fer au sein de l’exécutif, c’est bien Emmanuel Macron. (…)


Cornudet Cécile, Les Echos – Source (Extrait)


Note : Toujours pas l’ombre d’un programme venant de la gauche sociale-libérale (PS, RDG,EE-LV) juste des postures médiatiques parfois à la limites du ridicule devant tant de fils blanc. A ce jour « les » droites Juppé et Marine, n’ont pas beaucoup de soucis à se faire. MC