Mots-clefs

, , ,

Condensé des potins médiatiques de la pré-présidentielle de 2017

Hollande, pas mieux, pas pire.

Selon Ouest France, dans un article titré « Hollande et Valls restent impopulaires » – Source (extrait)

Ni mieux ni pire. La cote de popularité de François Hollande n’a pas bougé d’un iota après la sortie du livre de Lhomme et Davet, selon le baromètre politique Odoxa pour la presse régionale, L’Express et France Inter. (…) …. selon Gaël Sliman, président d’Odoxa : 84 % des Français ont toujours une mauvaise opinion du Président. Avec 28 % de popularité, Manuel Valls suit la même courbe. (…)

sondage-odoxa


Hors le peuple point de salut !

Selon JL. Cassely, dans Slate titré « Hors le peuple point de salut, Mélenchon et Macron enfin d’accord » – Source (Extrait)

Jean-Luc Mélenchon a lancé sa campagne présidentielle en mettant en scène le processus participatif d’élaboration de son programme. S’il partage cette démarche avec le mouvement « En Marche! » d’Emmanuel Macron, la comparaison s’arrête là.

La présidentielle 2017 sera-t-elle celle de l’innovation, au moins sur la forme?

A défaut d’y voir clair politiquement, avouons qu’en cette période pré-électorale, on est diverti par les efforts des candidats déclarés ou putatifs, qui rivalisent de dispositifs originaux pour se différencier, mobiliser leur base et transcender les clivages.

Dimanche 16 octobre, Jean-Luc Mélenchon est entré en scène lors de la convention de son mouvement, la France insoumise, qui doit le porter à l’élection présidentielle. (…)

Orphelin du soutien du Parti communiste, Mélenchon a dû repenser sa stratégie de campagne par rapport à 2012. Il ne peut pas se targuer d’être le candidat qui réunit la gauche de la gauche, et il passera cette fois directement par « le peuple » dont il se réclame régulièrement, comme il le théorisait il y a deux ans dans L’ère du peuple. Le nouveau dispositif qui met en scène la démocratie participative lors de sa convention est une traduction de cette stratégie. (…)

Une même volonté de casser les codes s’affirme chez un autre candidat, Emmanuel Macron, qui dans son interview-fleuve à Challenges explique: «Le système politique, avec ses codes et ses usages, je ne cherche pas à le respecter parce que je ne lui appartiens pas. Ça ne me pose donc aucun problème de transgresser ses codes.»

Avec sa démarche de consultation des Français sur le terrain, Emmanuel Macron va lui aussi, à sa façon, vers le peuple sans emprunter le parcours traditionnel qui consiste à être nommé par un parti. Le mouvement « En Marche! » est l’autre curiosité de cette période de pré-campagne. Voilà un mouvement qui n’est pas un parti et qui prépare une possible candidature de son fondateur (…)


Préparation de campagne au FN

Selon Marine Turchi dans Médiapart dans un article titré «  Comment Marine Le Pen prépare sa campagne présidentielle » Source (Extrait)

« Le premier qui parle à la presse ne figurera plus dans l’organigramme ». C’est en substance le message que Marine Le Pen a fait passer à ses troupes. La présidente du FN attend de savoir qui seront ses adversaires à la présidentielle pour rendre publique l’intégralité de son équipe et de son projet.

« La campagne ne démarrera qu’après les fêtes, car aujourd’hui on ne sait pas qui il y aura en face, explique à Mediapart Nicolas Bay, secrétaire général du FN et directeur de campagne des législatives. Il y a beaucoup d’inconnues, ce n’est pas facile. On ne sait pas qui sera le candidat de la droite, ni si Hollande sera en capacité de se présenter. »

C’est aussi que, sans financements, le parti ne peut pas lancer sa campagne. Le QG 2017, situé dans le cossu VIIIe arrondissement de la capitale, sera inauguré mi-novembre. Mais pour le reste, il faudra attendre février. Alors depuis la rentrée, rien – ou presque – n’a filtré dans la presse.

Marine Le Pen s’est contentée d’annoncer à ses « Estivales », en septembre, les noms de ses directeurs de campagne pour la présidentielle et les législatives. Puis de donner le feu vert à quelques échos dans les médias. La stratégie, c’est d’« annoncer l’organigramme par étapes », confie un cadre dirigeant.


Note : lorsque manque l’argent, nerf d’une campagne présidentielle, l’usage des tabloïds et medias complaisants permet d’exister. Participer à des talk-show ou à l’émission de Karine Le Marchand tout comme B. Lemaire, assure une présence médiatique sans frais déboursé.

Dans tous les cas faire un show divertissant n’a jamais constitué un programme, il faut observer la dérive négative américaine fort bien caricaturée par Donald Trump à ce sujet. MC