Mots-clefs

, ,

… « haine à tous les étages » !

Plus les charges s’accumulent sur les épaules de l’ancien chef de l’État, plus son discours se radicalise.

D’un côté, il y a les attaques, les affaires, les émissions de télévision qui assènent des preuves sur l’implication de l’ancien chef de l’État, les anciens collaborateurs qui publient des livres assassins. De l’autre, la défense du candidat, combatif, survolté, prêt à faire feu de tout bois pour arriver à ses fins.

Le journal belge Le Soir se demande :

 “Sarkozy, pourquoi tant de haine”, en référence aux multiples affaires dans lesquelles son nom est cité ou qui touchent son entourage.

À supposer [qu’il] soit innocent de tout ce dont on l’accuse, pourquoi s’acharnerait-on ainsi contre lui sinon parce qu’il inspire plus de rejet qu’aucun autre […] ? Pourquoi cette opération ‘tout sauf Sarkozy’ serait-elle une machine perpétuellement alimentée ? Au point même que des électeurs de gauche en viendraient à se déplacer pour aller voter en faveur d’Alain Juppé à la primaire de droite ?”

Le quotidien semble trouver un début de réponse dans la tournure que prend la campagne du président des Républicains depuis la fin de l’été :  Un rouleau compresseur de démagogie où les valeurs n’ont plus aucune place, seul le calcul électoral tenant lieu de boussole. Les Gaulois, le burkini, le climatoscepticisme, l’enfermement préventif des individus radicalisés au mépris d’un État de droit ramené au rang de méprisable ‘argutie juridique’. […] Nicolas Sarkozy ne va plus seulement chercher les électeurs du Front national comme il l’avait fait dès 2007. Il fait la propre campagne du parti d’extrême droite. Laissant même à Marine Le Pen, qui cherche à incarner l’apaisement (sic), le loisir de se taire pendant qu’il s’agite. Et l’invraisemblable délice d’apparaître presque comme la plus modérée des deux.” 

A Beyrouth, L’Orient-Le Jour porte un regard presque blasé sur ce genre de débordement venu de l’Hexagone : “Le discours sur les origines est un paramètre fondamental de toute dérive identitaire et populiste”, référence directe à la phrase de Nicolas Sarkozy le 20 septembre : “Dès que l’on devient français, nos ancêtres sont gaulois.”

Et le quotidien de mettre en garde contre un discours de haine dont les braises ne s’éteignent jamais tout à fait :  Les propos de Nicolas Sarkozy sont l’illustration d’un phénomène mondial aussi dévastateur, sinon plus, que le tsunami de décembre 2004 dans l’océan Indien. Le paysage sociopolitique du Liban et du Proche-Orient résonne jusqu’à la nausée de discours sur les identités collectives gratuitement assassines. Chacun se dote du bouc émissaire qui lui convient et l’inonde d’un déluge de haine, soit ouvertement et vulgairement, soit de manière plus sournoise et plus fielleuse au travers d’un pseudo-discours aseptisé, anthropologique, historique, voire scientifique, notamment génétique.”


Courrier Interl. – Source


1-migrand-ns


Bygmalion: Gérald Darmanin défend Nicolas Sarkozy

Gérald Darmanin, maire LR de Tourcoing, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi sur BFMTV et RMC. Le coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy a défendu l’ex-chef de l’Etat, concernant l’affaire Bygmalion. « Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour le dépassement et seulement pour le dépassement de ses comptes de campagne », a-t-il déclaré. Pour lui, il a « payé cette faute » puisqu’il a donné « 343.000 euros de sa poche pour la condamnation faite par le Conseil constitutionnel de dépassement, c’est le seul dépassement qui a été constaté ».


Note : Avec cette petite affirmation (dont G D fait état et faisant au passage une nouvelle fois la part belle uniquement a Sarko en oubliant que ce sont les adhérents, une partie de l’UMP et un peu Sarko et sa famille, qui ont réuni la somme), les auteurs de la communication organisant la campagne de Sarkozy, entendent cacher les véritables démêlées et les casseroles pour lequel la justice enquête. MC


Il y a une suite aux explications vaseuses du couple en campagne Sarkozy-Darmanin que vous pouvez lire ICI demain 03 oct. 2016