Étiquettes

, , ,

« Il se trompe.» Dimanche matin, Manuel Valls a envoyé dans les ronces Nicolas Sarkozy et ses propositions pour lutter contre le terrorisme.

« Il s’est trompé en 2012 sur la lecture de la menace terroriste, quand il avait évoqué les crimes de Merah comme ceux d’un loup solitaire », a estimé le Premier ministre sur Europe 1.

Au jeu de ping-pong politique, Nicolas Sarkozy reprochait, lui, à François Hollande de ne pas mettre « tout en œuvre pour lutter contre le terrorisme ». Dans une interview fleuve au JDD, le candidat à la primaire de droite a détaillé ses propositions en la matière…

Qui font hurler Laurence Blisson, secrétaire générale du Syndicat de la magistrature (…).

Proposition de Nicolas Sarkozy : Ouvrir un parquet national antiterroriste, avec des magistrats spécialisés.

Réaction de Laurence Blisson : « C’est une annonce d’affichage, qui n’a aucun intérêt pratique. Nous avons déjà un parquet spécialisé antiterroriste. Il est rattaché au parquet de Paris certes, mais c’est exactement la même chose : il y a des magistrats spécialisés. La proposition de Nicolas Sarkozy ne changerait donc rien au fonctionnement actuel. Et ne résoudrait pas les limites du système. Je pense, à l’inverse, qu’il faut sortir de cette centralisation du pôle antiterroriste, pour privilégier des pôles régionaux, afin d’éviter un fonctionnement en vase clos. Il y a une proximité très forte entre les juges antiterroristes, les services de renseignement et de police spécialisés, ce qui n’est jamais sain. »

Proposition : Placer en rétention administrative préventive les fichés S suspectés de liens avec le terrorisme.

L.B. : « Là encore, il reprend un vieux marronnier de la droite sécuritaire… Mais la logique derrière est très dangereuse. Cela revient à dire que l’on peut priver une personne de liberté sur la base de simples soupçons, sans aucune base sérieuse. Je rappelle, à toutes fins utiles, qu’une fiche S n’est autre qu’un outil de travail pour les services de police et de renseignement. Une personne peut se retrouver fichée S pour de multiples raisons, les niveaux de dangerosité sont très variables : quelqu’un qui fréquente une mosquée salafiste peut se retrouver fiché S, alors que cela ne fait pas de lui un dangereux terroriste ! Peuvent aussi être fichés S des militants politiques, des hooligans… La fiche S est un moyen pour être efficace dans la surveillance, elle ne peut pas justifier une privation de liberté. La proposition de Nicolas Sarkozy serait d’ailleurs condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme. »

Proposition : Créer une cour spéciale antiterroriste, à l’image de celle mise sur pied en 1963 par le général de Gaulle dans le cadre de la guerre d’Algérie.

L.B. : « Cette cour avait été abrogée par François Mitterrand en 1981 : il a mis fin à cette justice d’exception pour les criminels politiques. Ce principe fut en réalité vite écorné, la justice antiterroriste date de 1986. L’introduction répétée de dérogations au droit commun en fait un régime à part aujourd’hui, totalement dérogatoire du droit commun. Il n’y a aucun laxisme en la matière, bien au contraire. Là encore, cette proposition de Nicolas Sarkozy n’a aucune pertinence. Du simple affichage »


Piquemal Marie, Libération du 12 sept 2016 – Source (Extrait)