Mots-clefs

, ,

Propriétaire entre 1996 et 2015 du concours de beauté Miss USA, M. Donald Trump avait promis « de réduire la taille des maillots de bain et d’augmenter la hauteur des talons ». Le jour de l’édition 2005, il clamait : « Si vous voulez voir un génie, n’allumez pas votre télévision ce soir ; mais si vous voulez voir une très belle femme, vous devriez regarder. » (1)

Le milliardaire a fait l’objet de plusieurs plaintes pour viol, dont l’une concernant une adolescente de 13 ans. Tout en se vantant sans relâche de ses propres conquêtes et exploits sexuels, il avait envisagé en 2007 de produire un reality-show dans lequel des jeunes filles « aimant faire la fête » seraient envoyées dans un pensionnat où on leur « apprendrait les bonnes manières » (2).

Sa passion pour la plastique féminine va de pair avec une profonde répulsion pour le corps des femmes. L’avocate Elizabeth Beck a raconté (CNN, 29 juillet 2015) qu’en 2011 elle avait dû interrompre une réunion pour aller tirer son lait ; M. Trump s’était alors levé, le visage rouge, et avait agité son index dans sa direction en répétant : « Vous êtes dégoûtante ! »

Hillary Clinton, qui avait profité d’une pause publicitaire pendant un débat du Parti démocrate pour se rendre aux toilettes : « Je sais où elle est allée. C’est trop dégoûtant, je ne veux pas en parler. Non, ne le dites pas ! » Le symbole laisse rêveur : la première femme à accéder à l’investiture pour l’élection présidentielle dans l’histoire des États-Unis affronte un homme qui se distingue par un étalage de misogynie virulente.

« Vous savez, elle joue la carte féminine. Sans cela, elle n’aurait aucune chance de gagner », a lancé le candidat républicain à propos de Mme Clinton lors d’un meeting, le 7 mai.

(…) … voilà, selon Katz, à quoi s’apparente la course au titre de leader du monde libre. Comme au lycée, le pire est de passer pour une « mauviette » (4) ; et, comme au lycée, ceux qui fournissent des efforts trop voyants pour avoir l’air à leur avantage ne peuvent espérer aucune pitié.

En mai, M. Marco Rubio a insinué que le vieux play-boy au teint orange avait un tout petit pénis ; l’intéressé a démenti en fanfaronnant. En janvier, lui-même s’était moqué d’une paire de bottines à talonnettes arborée par le sénateur de Floride, obligeant celui-ci à contre-attaquer en parlant football américain et armes à feu. (…)

  1. Trump se vantait, lors d’un meeting, de pouvoir « tirer sur quelqu’un au milieu de la 5e Avenue sans perdre un seul vote ». S’il était élu, son profil de président « petite frappe » ne serait toutefois pas une innovation.
  2. Vladimir Poutine en Russie, M. Nicolas Sarkozy en France (2007-2012), M. Rodrigo Duterte aux Philippines… Le premier voulait « aller buter les terroristes jusque dans les chiottes » (septembre 1999) ; le deuxième, « nettoyer au Kärcher » la cité des 4 000 à La Courneuve (19 juin 2005) ; le troisième, élu le 9 mai dernier, a promis la mort de « cent mille délinquants dont les cadavres iront engraisser les poissons de la baie de Manille(6)  ».

(…)

On l’aura compris : dans cette surenchère de postures viriles agressives [des republicains (D. Trump)], les démocrates [H. Clinton] partent avec un désavantage structurel.


Mona Chollet – Le monde Diplomatique –Titre original « Moumoutes, flingues et talonnettes » –ExtraitSource


  1. Andrew Kaczynski, « Donald Trump said a lot of gross things about women on “Howard Stern”», Buzzfeed.com, 24 février 2016.
  2. Steven Zeitchik, « Trump’s “Lady” comes to Fox», Variety.com, 12 juin 2007.
  3. Ref absente – Jackson Katz, Man Enough ? Donald Trump, Hillary Clinton, and the Politics of Presidential Masculinity, Interlink Books, Northampton, 2016. La plupart des anecdotes citées ici en sont tirées.
  4. Stephen J. Ducat, The Wimp Factor. Gender Gaps, Holy Wars, & the Politics of the Anxious Masculinity, Beacon Press, Boston, 2005.
  5. Ref absente – Hannah Levintova, « Even some men’s rights activists are worried about a Trump presidency», Mother Jones, San Francisco, 20 mai 2016.
  6. Harold Thibault, « Aux Philippines, “Duterte Harry”, le candidat à la présidence partisan des escadrons de la mort», Le Monde, 29 février 2016.