Mots-clefs

, ,

« Pardonne-moi, 0 Saddam Hussein parce que j’étais heureuse et j’ai dansé le jour de ta chute …

Pardonne-moi, parce que ce jour-là, le ne me suis pas rappelé l’éducation gratuite, les repas scolaires gratuits, les services de santé gratuits, je ne me suis pas rappelé non plus l’industrie florissante et l’agriculture irakienne.

Je ne me suis pas rappelé aussi l’effort fourni pour l’éradication de l’analphabétisme, j’ai oublié les lignes rapides, les supermarchés, j’ai oublié la gratuité des rations alimentaires des produits de première nécessité pour les pauvres.

J’ai oublié votre lutte contre le sectarisme, j’ai oublié la répartition des terres, les prêts sans intérêt pour le mariage et la distribution du mobilier pour les nouveaux couples mariés, j’ai oublié votre combat pour protéger l’Irak et votre lutte contre les voleurs et les traîtres.

Je vous présente mes excuses, parce que je n’ai pas su vous défendre et je n’ai pas su défendre mon pays »

Samar Al-Aloussi, écrivaine irakienne


Il n’est jamais trop tard pour réfléchir à la situation. Peut-être devons-nous nous poser la question suivante : sans l’Afghanistan, sans l’Irak, sans la Libye, etc. sans accaparement d’intérêts économique égoïstes de certains financiers internationaux n’ayant qu’une conception attrayante et individualiste de leur passage sur terre consistant à augmenter un magot qu’ils seront incapables de leur vivant d’utiliser à d’autres fins que de domination ; y aurait-il aujourd’hui ces attentats au nom de l’islam ? MC