Mots-clefs

, ,

Pour ce 3e jour, afin d’emmagasiner le maximum de souvenirs, nous avons, là encore, optez pour un circuit. Cette fois pour trois des îles de la lagune proche de Venise, abordables qu’en bateau.

La guide était trilingue. La traduction française extrêmement succincte, peut-être réglait-elle quelques reproches envers certains compatriotes aux comportements égoïstes, hautains et franchouillards –si, si, le comportement de certains Français à l’étranger est à déplorer et ce d’autant plus qu’éternels râleurs nous sommes mal placés en ne cessant de nous plaindre des étrangers venant visiter notre pays. Voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien

Murano

D’escale en escale, d’ile en ile ; changement de constructions et style de vie. Certes c’est toujours l’Italie et une certaine couleur, mais tellement différenciée selon l’ile abordée.

Concernant Murano, c’est une île uniquement tournée vers l’industrie verrier bien connue du monde entier. Avec 50 minutes pour faire la visite dont l’obligation d’assister à une démonstration d’un ouvrier souffleur de verre dans l’exercice de sa profession, suivi d’un passage obligé sur deux étages, dans les travées et vitrines d’une exposition production des différentes entreprises verrières résidentes à Murano, il ne nous restait qu’une quinzaine de minutes au sortir de cette démonstration, pour apercevoir la magnifique église « Sainte Marie Saint Donatien » qui serait antérieure à l’église Saint Marc, quelques mouettes perchées sur des poteaux d’arrimages de bateaux dont l’une, c’est juré, fait office de radar pour l’excès de vitesse des bateaux sur le chenal , une place et une magnifique Eglise et quelques alignements de maisons, un musée consacré à la verrerie que faute de temps nous ne pourrons visiter avant que la corne de rappel intimant l’ordre de réintégrer le bateau pour la prochaine escale.

Noter : Un clic sur une image et vous passez en diaporama