Mots-clefs

, , , ,

Dans les stades ou les « FANzones », les agents de sécurité seront en première ligne pendant l’Euro. Nombre d’entre eux dénoncent le manque de moyens à leur disposition pour mener à bien leur mission.

Les attentats ? Evidemment que j’y pense à chaque fois que je vais au boulot, mais faut bien nourrir sa famille…” Le soir du 13 novembre, Jérôme*, grand gaillard de 42 ans aux yeux bleus perçants, se trouvait dans les travées du Stade de France. Quelques secondes à peine ont suffi à cet agent de sécurité pour comprendre que quelque chose de grave venait de se produire. Il faut dire qu’en vingt ans de carrière dont plus de la moitié au “stade”, il a appris à identifier le bruit des pétards. Et ce soir-là, clairement, ce n’en était pas.

Les détonations, il les a entendues dans le “talkie”. Immédiatement, il a su.

“On était attaqué”. Il croit d’abord à des coups de feu. Mais les gars aux portes lui font rapidement passer l’info : quelqu’un s’est fait “exploser”. Trois, en fait. Suivra une longue nuit à évacuer les spectateurs dont le souvenir l’émeut encore. Pendant quelques semaines, il a eu “la boule au ventre” en allant travailler puis la vie a repris son cours. Ces derniers temps pourtant, ses craintes sont revenues à la vitesse d’un boomerang. L’Euro approche et les “vigiles” seront une nouvelle fois aux premières loges.

Le vigile : un James Bond au Smic

Quelques 13 000 agents de sécurité – soit près de 10% des effectifs total de la profession – seront mobilisés au côté des 77 000 policiers et gendarmes pendant ce mois de compétition. Sécurisation des stades et fan zones évidemment, mais également des transports, des lieux de rassemblement… Et toujours, des centres commerciaux et des entreprises privées ou publiques. Alors que l’Etat se concentre sur ses missions régaliennes depuis les attentats – notamment le maintien de l’ordre et le renseignement – la sécurité privée, longtemps réputée sulfureuse, a été appelée en renfort, au point de devenir un échelon indispensable aux yeux des pouvoirs publics.

“C’est une stratégie de sécurité globale, explique Olivier Duran, porte-parole du Snes, le syndicat national des entreprises de sécurité. On ne remplacera jamais les forces de l’ordre mais nous apportons un niveau de protection supplémentaire.”

Pourtant depuis les attentats, ils sont nombreux à avoir vu le périmètre de leur mission s’élargir, fleurant parfois avec celle d’agents assermentés. Alexandre, 37 ans, a été embauché en 2014 dans une entreprise de matériel informatique parisienne pour s’occuper de la sécurité incendie. Progressivement, on lui demande de faire du filtrage, des rondes supplémentaires, des missions de sécurisation…

“Evidemment après un attentat, on ne peut pas dire non mais ensuite la direction considère ces nouvelles tâches comme des acquis.”

Une pression toujours plus intense qui ne se retranscrit pas sur la fiche de paie. Le salaire de base de la profession est fixé à 1439 euros brut, soit 18 euros de moins que le salaire minimum en France. “Les entreprises rêvent de James Bond payés au Smic”, résume Farid, 32 ans, obligé de multiplier les missions de sécurité pour joindre les deux bouts.

Les novices en première ligne

Pour répondre à cette demande toujours plus pressante, les centres de formation tournent à plein régime. Au programme des 140 heures de cours obligatoires : étude des comportements, des méthodes de palpation, gestion des conflits et initiation au premier secours… mais aucun module spécifique de sensibilisation au risque terroriste. Le projet est toujours à l’étude.

Les dernières sessions se sont terminées fin mai. Certains agents de sécurité effectueront donc leur grand début pendant l’Euro. “Ils ne seront pas lâchés dans la nature mais intégrés dans des équipes avec des encadrants qui ont l’habitude”, assure Olivier Duran.

La majorité ira dans les fanzones, là où les entreprises peinent à recruter. “La plupart des agents ne veulent pas y mettre les pieds, ils les jugent trop dangereuses. Du coup, on recrute des gens sans expérience…”, s’emporte Elvis Azuelos, secrétaire général adjoint de Sud Sécurité.

Manque de moyens

En première ligne en cas d’attaque terroriste, novices comme “anciens” s’inquiètent du manque de moyens mis à leur disposition pour y faire face. La possibilité d’armer une partie de la profession a été évoquée mais rien n’a été acté avant le début de l’Euro.

La loi limite aujourd’hui étroitement les prérogatives des agents de sécurité. Ils peuvent inspecter les sacs mais n’ont pas le droit de plonger leurs mains dedans pour s’assurer qu’aucune arme ou bombe n’est dissimulée au fond. “De toute façon, on ne peut pas passer cinq minutes par personne quand on doit contrôler 80 000 spectateurs. S’il y a la queue devant le stade, les clients nous demandent d’accélérer le pas”, assure Jérôme. Impossible également d’emmener un fraudeur ou une personne suspecte dans un local de sécurité en attendant la police. “Il pourrait porter plainte pour séquestration !”, tonne Elvis Azuelos.

“On n’évitera jamais le danger”

On est là pour rassurer, mais on n’évitera jamais le danger“, assure Farid. Pourtant, ce sont eux, les agents de sécurité, qui ont empêché un carnage au Stade de France le 13 novembre. Salim Toorabally, en charge du contrôle des billets ce soir-là, a repoussé à plusieurs reprises le djihadiste Bilal Hadfi sans savoir qu’il avait une bombe. Eux également, qui ont aidé des centaines d’otages du Bataclan à prendre la fuite au péril de leur vie. Tous ont été décorés de la médaille d’argent de la sécurité intérieure par Bernard Cazeneuve, le 24 mai dernier.

Pas question cette fois-ci de laisser la sécurité reposer sur le courage de certains. Les autorités assurent avoir tiré les enseignements des attentats : désormais, ils travailleront main dans la main avec les forces de l’ordre. Les agents de sécurité resteront chargés du contrôle des spectateurs mais des patrouilles de sécurité ne seront jamais bien loin. Des unités d’élite seront également déployées aux abords des stades les soirs de match. Une “co-production de sécurité” qui peinent à rassurer les intéressés. Ils sont nombreux à déconseiller à leurs proches de participer aux rassemblements pour l’Euro, à l’instar de Jérôme. “J’aime trop ma femme et ma fille pour les laisser aller à un match au stade ou, pire encore, dans une fanzone”.


Caroline Politi – Les Inrocks – Source


* Les prénoms ont été changés