Pensions : gros écarts, suivant l’âge de départ.

Les caisses complémentaires Agirc-Arrco lancent ce lundi une campagne d’information avec un simulateur en ligne permettant d’y voir bien plus clair.

Depuis octobre dernier, la norme n’est plus de 62 ans pour l’âge de départ à la retraite dans le privé. Mais bel et bien de 63 ans. A partir de 2019, les générations nées à partir de 1957 (les personnes âgées de 59 ans actuellement) devront patienter une année de plus pour pouvoir mettre fin à leur carrière professionnelle sans risquer de pénalité financière.

Explication : si, pour le régime de base de l’assurance vieillesse, l’âge légal est de 62 ans, les partenaires sociaux (patronat et syndicats) ont introduit l’an dernier une disposition pour inciter les futurs pensionnés à ne pas partir à la retraite avant 63 ans par le biais d’un système de bonus-malus.

En clair, un salarié disposant de ses annuités (42,5 ans aujourd’hui) qui prendrait sa retraite à 62 ans verrait sa retraite complémentaire amputée de 10 % par an pendant trois ans avant d’obtenir une retraite complémentaire complète (sans décote) à 65 ans.

Ce malus est en revanche annulé si le départ à la retraite s’effectue à 63 ans. Enfin, en cas d’activité après 64 ans, une majoration de la pension est appliquée.

Disparitées retraites

Baccuzat Olivier, Le Parisien – Source