Mots-clefs

, , , , ,

Un appel, signé initialement par 150 « personnalités », a été lancé début mai par le mensuel « Alternatives économiques », invitant à relancer les débats et les propositions en faveur d’une nouvelle étape de la RTT.

Pourquoi l’ai-je signé sans hésitation ? – Jean Gadrey

La première et principale raison est que le chômage de masse et la précarité grandissante font des ravages dans toute la société, aussi bien du côté de leurs victimes directes que par leurs conséquences sur presque toutes les dimensions du vivre-ensemble. Ce sont des destructeurs de lien social, de solidarités, des multiplicateurs de violences, des atteintes à la dignité, à la santé physique et mentale, des incitations à l’exploitation accentuée de ceux et celles qui « ont la chance » d’avoir un emploi. Et même sur un plan strictement économique, le chômage coûte horriblement cher aux finances publiques : 60 à 70 milliards d’euros par an tous types de coûts publics additionnés.

La deuxième grande raison est que, pour réduire fortement le chômage et la précarité, on n’a pas « tout essayé ». On n’a pas essayé en particulier ce qui marche… Or parmi les solutions qui marchent, même si ce n’est pas la seule, il y a le mouvement historique de réduction du temps de travail, interrompu depuis quinze ans sous l’effet d’une idéologie du « travailler plus » qui nous mène dans le mur.

Voici comment la durée annuelle moyenne du travail des salariés (toutes catégories confondues, temps plein et temps partiel) a évolué de 1950 à 2014 :

Durée annuelle du travail des salarièsSi nous en étions encore aujourd’hui aux 1.900 heures annuelles du milieu des années 1960, nous aurions, pour le même volume total d’activité et de production, environ 6 millions de chômeurs en plus des 6,5 millions d’inscrits à Pôle emploi. Le partage du travail est donc terriblement efficace pour faire reculer le chômage.

Les 35 heures

Il a d’ailleurs été efficace avec le passage pourtant très incomplet aux 35 heures au début des années 2000, politique dont le bilan a été effectué par l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) en 2012.

Extrait : « Les 35 heures n’ont pas entamé la compétitivité des entreprises et les performances économiques françaises. Ni dégradé les finances publiques ». Cela dit, les incidences sur les bas salaires et sur les conditions de travail des moins qualifiés ont été moins positives et c’est un point à retenir à l’avenir. Quant au coût public par emploi ajouté (en tout 350.000 emplois), « le surcoût de ces allégements ne s’élève qu’à 3 milliards d’euros annuels ». 

Trois milliards nets par an pour 350 000 emplois, soit moins de 9 000 euros annuels par emploi ajouté, c’est l’un des meilleurs rapports qualité/coût des politiques publiques de l’emploi ! Pour créer des emplois utiles, la RTT, en partie financée par l’Etat, est infiniment plus « rentable » que les cadeaux aux entreprises que sont le CICE et le pacte de responsabilité. Au moins dix fois plus efficace selon l’OFCE…

Comparaison n’est pas raison

Certains pays affichent des taux de chômage officiels bien plus faibles que la France, et pourtant on n’y pratique apparemment pas la RTT, sauf toutefois ce qui est en train de se développer en Suède où des municipalités et des entreprises testent (ou pratiquent depuis plus longtemps) la journée de 6 heures ou la semaine de 30 heures. Les adversaires de la RTT ne manquent pas d’évoquer divers modèles de pays qui « savent comment réduire le chômage ». Ils n’ont probablement pas examiné les chiffres de l’OCDE sur la durée moyenne hebdomadaire habituelle de travail, tous types d’emplois confondus. Ce sont les suivants, pour une sélection de pays « modèles » en 2014. On y voit que le pays des 35 heures est l’un de ceux où l’on travaille le plus par semaine…

Source Info Gram

Diagramme « Info Gram »

Le fond du problème posé par ces comparaisons internationales est qu’il existe une bonne et une (très) mauvaise façon de « partager » le travail. La mauvaise, qu’on ne devrait pas qualifier de partage, consiste à privilégier les petits boulots mal payés, à temps très courts, avec une protection sociale dégradée ou inexistante, le plus souvent occupés par des femmes, des jeunes, ou des retraités pauvres. C’est notamment le cas au Royaume-Uni avec, outre un taux élevé d’emplois à temps partiel (27 %, contre 19 % en France), le boom des « contrats zéro heure » sans garantie horaire et sans salaire minimum : on en comptait 1,8 million en 2015. Mais c’est aussi le cas en Allemagne, où l’on trouve à la fois un taux de temps partiel de 28 %, et entre 6,5 et 7 millions de « mini-jobs », qui sont des contrats précaires créés par les lois Hartz de 2002/2003, soumis à un salaire plafond de 450 euros par mois et à une limite mensuelle de 53 heures.

RTT sur toute la vie

Voilà pourquoi un projet politique de RTT équitable doit tourner le dos à ces recettes qui réduisent le chômage de masse en fabriquant en masse des travailleurs pauvres et des retraités pauvres, tout en accentuant les inégalités pourtant fortes entre les femmes et les hommes ainsi que les inégalités entre ceux qui ont beaucoup (trop) de travail et ceux qui n’en ont pas assez pour vivre. Comment faire ? L’appel des 150 ne se prononce pas, indiquant juste ceci : « il faut probablement s’y prendre autrement, et notamment ne plus raisonner seulement sur le temps de travail hebdomadaire. »

Dans les limites de cette tribune, je me permets de renvoyer à ces billets de blog où je présente les arguments suivants : il faut réduire nettement la durée du travail sur l’ensemble de la vie, en tenant compte de plusieurs composantes. D’abord, la durée hebdomadaire moyenne, qui reste un levier. Un objectif fixé à 32h, puis 30h, s’il est équitablement conçu, est souhaitable et réaliste. D’ailleurs, quand on divise le temps de travail total dans l’économie par la population active, chômeurs compris, on trouve… 31 heures par semaine en France, et 29 heures en Allemagne.

Ensuite, il faut cesser de vouloir repousser l’âge moyen de départ à la retraite. Enfin, la réduction de la durée de la vie au travail, c’est aussi une liste de droits à conquérir en matière de congé formation pour tous, de congé parental (paritaire…) avec assurance de retrouver son emploi et avec des revenus de remplacement décents, de « congé solidaire » rémunéré pour des missions d’intervention dans des ONG et associations, qu’il serait possible d’étendre, etc. Par exemple, six mois tous les cinq ans, cela correspondrait à une réduction de 10 % du temps de travail dans l’entreprise, autant que le passage de 35 à 32 heures.

Ce ne sont pas les bonnes solutions qui manquent, ni les possibilités de financement de ces solutions. C’est, dans ce domaine aussi, la volonté politique qui fait défaut.


Jean Gadrey – Télérama – Source