Présidentielle. Alors que se profile une pléthore de candidats …

Encore un « tripatouillage » en vue des futures présidentielles 2017 que ni les médias télévisuels ni les députés et sénateurs n’ont relevés.

Un arrangement entre partis dominants…

Alors que se profile une pléthore de candidats … Le 24 mars, l’Assemblée nationale a approuvé une proposition de loi modifiant les règles de la campagne électorale audiovisuelle pour l’élection présidentielle.

Jusqu’alors, pendant la période qui s’étend de la date de publication au Journal Officiel (JO) de la liste des candidats à la veille de l’ouverture de la campagne officielle, la règle d’égalité des temps de parole s’appliquait. L’Assemblée a remplacé cette règle d’égalité par un principe d’équité.

Cette modification, qui était demandée par les médias dominants, le service public et le CSA, va rendre encore plus improbable le respect d’un pluralisme déjà malmené avec les règles actuelles.

Toutes les études menées par le CSA et divers organismes montrent que le principe d’équité, qui était appliqué avant la publication officielle de la liste des candidats, n’était pas respecté ; à tel point que le CSA formulait à chaque élection des rappels à l’ordre qui n’étaient dans la quasi-totalité des cas pas suivis d’effets. Ce n’est que durant la règle d’égalité que le pluralisme était respecté.

Ainsi, au prétexte que cette règle d’égalité mettait en difficulté les médias n’ayant pas respecté le pluralisme, celle-ci est purement et simplement supprimée durant la période concernée.

C’est un nouveau coup porté au pluralisme.

Il est plus que temps de « Libérer les médias ».