Il n’a pas honte

Quand le Medef veut mettre au pas la confédération des cadres…

Joli coup que celui réalisé par la responsable de la Confédération des cadres, Carole Couvert, avec la publication des SMS de Pierre Gattaz qui ont fuité ce week-end.

Textos rageurs et comminatoires du patron des patrons, où il fustige un syndicat des cadres qui a défilé samedi pour demander une réécriture de la loi travail. « L’attitude de la CGC est incompréhensible et nuisible », écrit Pierre Gattaz, selon la reproduction des SMS publiés sur le site de France Info.

  • Le patron des patrons reproche au syndicat de cadres d’avoir « déjà planté la loi MDS (modernisation du dialogue social – NDLR). Vous n’allez pas nous planter la loi MEK (initiales de la ministre Myriam El Khomri – NDLR) ».
  • Puis le dirigeant patronal envoie un second texto, cette fois menaçant : « Si vous persistez dans cette attitude “cgtiste” sur cette loi, le Medef en tirera toutes les conséquences sur nos discussions en cours. »

Allusion à l’accord sur les régimes de retraites complémentaires, qui prévoit que des négociations doivent s’ouvrir sur le statut des cadres.

Donnant-donnant, explique sans ambages Pierre Gattaz, la conclusion des négociations serait donc conditionnée à l’attitude de la CFE-CGC dans le débat sur la loi travail.

Carole Couvert a aussitôt renvoyé Pierre Gattaz dans les cordes. « Je ne fonctionne pas à la menace », commente la secrétaire générale de la confédération, qui rappelle représenter « 160 000 adhérents » et précise que « (s)on mandat sur le projet de loi a été voté à l’unanimité ».

« Quand Pierre Gattaz fait ce type de SMS, il se trompe. C’est un signe de fragilité », aurait-elle encore lancé un peu plus tard, en marge du rassemblement de samedi, selon France Info.

Outre la condescendance dont fait preuve là Gattaz, considérant implicitement les cadres forcément du côté des dirigeants, se lit en filigrane la fébrilité du patronat, et son soutien sans fard au projet du gouvernement.

Lionel Venturini – L’Humanité – Source