Étiquettes

, , , , ,

Au moment où s’ouvre le salon de l’agriculture et les prises à partie des agriculteurs envers les politiques d’une part, d’autre part dans le climat délétère et polémique actuel imposé par les normes européennes, la PAC, les grandes surfaces et les industriels de l’agroalimentaire et la déshérence, voir l’agonie du monde agricole d’autre part, cette annonce parue dans le Dauphiné de ce jour 27 février 2016, nous hérisse et nous comprenons d’ores et déjà l’action qui pourrait être menée par les viticulteurs de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées.

Alors que le tour de France, ce grand show sportif, est déjà sujet à de multiples polémiques notamment en matière de dopage, voilà que l’organisateur et son patron qui est de moins en moins regardant sur l’origine du financement de cette « pseudo » compétition, ouvre la publicité au vin chilien.

Chaque lecteur pourra réagir à sa façon devant cette information reste qu’une compétition créée-inventée par un Français, qui à l’époque faisait réellement une grande partie du tour de la France, faisait une grande place à la compétition individuelle des coureurs a, depuis longtemps, compris que cette équipée sportive pouvait servir de pompe à fric au travers des sponsors et des milliers de gogos massés le long des routes pour le bienfait de quelques actionnaires, en s’internationalisant et en créant des équipes sportives rémunérées par des marques qui souvent n’ont rien à voir avec le sport. Ce tour de France autrefois dévolue à « la petite reine » n’est plus aujourd’hui qu’une vitrine publicitaire. MC


Vive polémique

La cuvée Bicicleta, produite par le chilien Cono Sur, a été sélectionnée parmi les partenaires du Tour par l’organisateur Amaury Sport Organisation (ASO) pour être vin officiel de la grande boucle. Une décision qui fait jaser. Les Jeunes Agriculteurs (JA) de l’Aude, troisième département producteur de France, ont qualifié d’« inacceptable » ce choix.

En début de semaine, le sénateur socialiste de l’Aude Roland Courteau avait « alerté » le patron du tour Christian Prudhomme de la « très grande émotion » et de « l’incompréhension suscitées par ce choix ».

Enfin, le groupe FN-RBM à la région. Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a dénoncé dans un « affront au savoir-faire français et à ses viticulteurs ».

Menace d’un blocage

Les Jeunes Agriculteurs (JA) de l’Aude ont déjà menacé d’un possible blocage : « Si les dirigeants du Tour persistent, le syndicat s’alliera au syndicat des Vignerons de l’Aude pour bloquer le Tour de France sachant qu’il passe cette année encore, sur nos terres ». Une allusion à l’étape entre Carcassonne et Montpellier.

Loi Evin oblige, aucune boisson alcoolisée n’est auto­risée tant que la caravane publicitaire est sur le territoire français. Mais ce n’est pas le cas à l’étranger, dans les étapes suisses, andorranes et espagnoles du Tour 2016.

Le Dauphiné Libéré Samedi 27 Fev 2016.