Les petits calculs de Sarkozy

Soucieux de se réconcilier avec les partisans de la Manif pour tous, le patron des Républicains compte nommer une élue proche de leur mouvance… et hostile à l’avortement !

Après son rétropédalage sur le mariage gay, Nicolas Sarkozy lance l’opération grand pardon. En expliquant dans son livre « la France pour la vie » qu’il n’abrogerait pas finalement la réforme de François Hollande, l’ancien président a provoqué le courroux de la Manif pour tous.

Le voilà donc qui fait de l’œil aux sympathisants de ce lobby très remuant. Les Républicains n’ont pas crié la nouvelle sur les toits : Catherine Giner, une élue marseillaise proche du groupe Sens commun — association issue de la Manif pour tous intégrée au parti de Sarkozy fin 2013 — va être désignée comme la nouvelle déléguée nationale à la famille de LR. « Elle sera nommée très prochainement », confirme-t-on au parti.

Ce n’est pas tout. La semaine dernière, Sarkozy a reçu en personne les représentants de Sens commun. « Il a toujours considéré qu’il fallait entendre leur message sur la famille, qui ne se résume d’ailleurs pas à leur opposition au mariage pour tous », apaise son entourage, qui omet de mentionner les positions anti-avortement de Catherine Giner. Ironie de l’histoire, c’est pour cette raison que Christian Estrosi, qui lui avait confié la même mission en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, avait fait marche arrière en janvier en lui retirant la charge de la famille. « C’est nécessaire, mais pas suffisant »

L’appel du pied de Sarkozy ne doit rien au hasard. En deux ans, Sens commun est devenu une formation qui pèse au sein des Républicains. « Ils n’ont pas beaucoup d’adhérents, mais ils ont de solides réseaux. Ils font beaucoup de lobbying, ils sont efficaces », constate le député Benoist Apparu, proche d’Alain Juppé. A tel point que, le week-end dernier, selon nos informations, Sens commun a réalisé une percée sans précédent lors des élections internes de LR pour désigner ses présidents de fédérations et de circonscriptions. « Il semblerait qu’ils aient réalisé une belle opération d’entrisme en présentant des candidats presque partout », déplore Apparu.

«  Ils ont réussi à truster beaucoup de postes. Leurs candidats n’ont pas affiché leur étiquette Sens commun, mais ils ont envoyé de nombreux mails pour inciter leurs partisans à aller voter », renchérit un cadre LR. « Il est clair que le revirement de Sarkozy sur le mariage pour tous a mobilisé les troupes le week-end dernier », se félicite pour sa part le candidat à la primaire Hervé Mariton, opposant de la première heure au mariage gay. Rien d’étonnant, donc, à ce que Sarkozy ne souhaite pas s’aliéner cette frange conservatrice.

Les représentants de la Manif pour tous n’ont pas été insensibles à la nomination de Catherine Giner, mais ils en attendent davantage. « C’est nécessaire, mais pas suffisant », tranche Ludovine de La Rochère, la figure de proue du mouvement. Reste qu’au sein de LR le profil de la nouvelle arrivée laisse un peu songeur. « Il est normal que toutes les sensibilités soient représentées. Mais était-on obligé de lui confier la famille ? » s’agace le juppéiste Benoist Apparu.

Hacot Valérie, Le Parisien (Extrait) – Source

5 réflexions sur “Les petits calculs de Sarkozy

  1. Aurélien 09/02/2016 / 08:34

    J’ai aimé l’article mais je n’aime pas son contenu. Chacun a le droit à ses opinions, cependant je reconnais être opposé à ces gens qui reviendraient sur ces droits acquis.
    Je crains que des gens votent réellement pour eux. Cela me désole.

    • Libre jugement - Libres propos 09/02/2016 / 10:27

      Une réaction à votre commentaire « Aurélien ». Il m’est difficile de comprendre l’introduction « j’ai aimer l’article mais n’aime pas son contenu », je crois déceler là, une sacrée contradiction.
      Soit vous entendez vous moquer de celui auquel l’article est consacré, soit il y a une subtilité que je suis incapable de comprendre.

      Bien évidemment, l’organisation interne de chaque parti politique lui importe.

      Sur le fond. Dans l’ensemble, et ceci s’adresse à tous les politiciens en poste sans aucune exception, « vous êtes tous incapables de suivre, réaliser les promesses que vous faites lors de vos investitures ! C’est une des raisons de la défiance des électeurs vis-à-vis des « politiques », qui de plus alimentent l’abstention ».

      • Aurélien 09/02/2016 / 12:39

        J’ai aimé dans le sens où j’ai cliqué sur le bouton « aime », ainsi que le ton de l’article qui m’a plu.
        Le déplaisant c’est le personnage de Sarkozy. Pas lui personnellement, je ne le connais qu’en tant que président de la République, et présidentiable potentiel. Les valeurs défendues dans son parti ne me parlent pas, je ne porte pas les mêmes idéaux.

        D’où mon j’aime mais j’aime pas.

        • Libre jugement - Libres propos 09/02/2016 / 14:03

          En parfait accord avec votre raisonnement concernant le personnage et l’action de Nicolas Sarkozy. Je n’ai pas plus de ressentiments politiques envers ce parti et par conséquent que le prochain leader d’un rassemblement de droites entendant devenir le prochain président de la république, s’appelle, Sarkozy, Juppé, Lemaire ou machin truc, correspondant à la mise en place d’une société encore plus libérale qui ne me convient nullement, il en est de même pour Marine Le Pen.
          Pour autant je me désole de ne voir poindre aucun projet de société basée sur une forme sociale moderne.

          • Aurélien 09/02/2016 / 14:39

            Très clairement !

Les commentaires sont fermés.