Christiane Taubira quitte le gouvernement

Coup de théâtre ce mercredi matin. La garde des Sceaux Christiane Taubira a remis sa démission à François Hollande, qui a nommé le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas pour la remplacer, a annoncé l’Élysée dans un communiqué.

(…) Selon l’Élysée, ce départ a été acté le week-end dernier avant que le président de la République ne s’envole pour sa visite officielle en Inde.

Taubira Tweet 1 C. Taubira a immédiatement commenté cette décision sur Twitter, écrivant : (…)

Taubira Tweet 2

Taubira Tweet 3
(…) Christiane Taubira est remplacé par Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère, qui est un spécialiste des questions de sécurité. (…) Proche de Manuel Valls, l’actuel président de la commission des Lois de l’Assemblée nationale était à ce titre chargé d’une mission pour trouver une solution à la réforme constitutionnelle de la déchéance de nationalité, (…)


Les Echos (Extrait) Le 27/01 à 09:19, mis à jour à 13:21 – Source


Pour LR et la droite en général …

La droite se réjouit de la démission de Taubira et exige « la fin de la dérive laxiste »

(…)  Plusieurs responsables de droite ont exigé la mise en œuvre d’une nouvelle politique, à l’occasion de la nomination de Jean-Jacques Urvoas à la place de Mme Taubira :

Taubira Tweet 4« Pire ministre de la justice de la Ve République »

« Au-delà des changements de personne, c’est une tout autre politique que nous souhaitons voir mise en œuvre, déclare au Monde Guillaume Larrivé, porte-parole des Républicains et spécialiste de la procédure pénale. Par exemple, nous continuons à appeler à la fin des réductions automatiques de peine, à une augmentation du parc pénitentiaire, à la création d’un service de renseignement pénitentiaire, à l’abandon du projet de réforme de la justice des mineurs. Urvoas est un homme sérieux et raisonnable, mais ça ne vaut pas un blanc-seing. » Sévère, M. Larrivé juge que Mme Taubira « aura été le pire ministre de la justice de la Ve République ». Selon lui, « elle a conduit une politique de désarmement pénal, avec la suppression des peines planchers et son renoncement à une politique pénitentiaire stricte ». « Tout  ça a encouragé la délinquance et la récidive », juge-t-il.

Les spécialistes des questions de sécurité du parti, tels les députés Christian Estrosi et Eric Ciotti, n’ont cessé de vilipender la ministre de la justice pour sa décision de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs ou pour son projet de réforme pénale. (…)


Le Monde.fr (extrait) 27.01.2016 à 10h31 • Mis à jour le 27.01.2016 à 13h14 | Par Matthieu Goar et Alexandre Lemarié – Source


Le travail de Christiane Taubira salué par la gauche

Parmi les membres éminents du Parti socialiste, l’ancienne ministre de la culture Aurélie Filippetti, qui a été membre du gouvernement Ayrault, salue une consœur au « talent immense ». Mais d’autres socialistes s’inquiètent du départ d’une personnalité très marquée à gauche, comme Laurent Baumel, député d’Indre-et-Loire.

Taubira Tweet 5Même sentiment chez le secrétaire national du Parti de gauche, Alexis Corbière, pour qui le départ de cette personnalité est symbolique du repositionnement centriste du gouvernement, déjà souligné après plusieurs départs, dont celui d’Arnaud Montebourg en août 2014, remplacé au ministère de l’économie par Emmanuel Macron.

Taubira Tweet 6Chez les écologistes, les réactions sont vives. Pour Pascal Durand, eurodéputé Europe Ecologie-Les Verts (EELV), cette « démission démontre surtout que l’État de droit et les libertés publiques reculent », dans le contexte controversé du prolongement de l’état d’urgence décidé dans la foulée des attentats du 13 novembre. Pour la députée EELV Esther Benbassa, le départ de Mme Taubira prive le gouvernement d’un supplément d’âme.

Une décision « saine »

Nombreux sont ceux qui saluent cependant la démission de la ministre comme un acte de détermination, une décision « saine » selon certains, dont les députés EELV Cécile Dufflot et Sergio Coronado.

Taubira Tweet 7De même, le maire PCF de Montreuil, Patrice Bessac, interprète le geste de Christiane Taubira comme une preuve de son intransigeance : « Pour [Christiane Taubira], les valeurs de la république ne sont pas négociables. Elles sont les valeurs fondamentales de la gauche. Défendons-les. »

De son côté, l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot imagine, dans le contexte d’une primaire à gauche pour l’élection présidentielle de 2017, une candidature de Christiane Taubira.Taubira Tweet 8


Le Monde.fr (Extrait) 27.01.2016 à 10h58 • Mis à jour le 27.01.2016 à 13h24 – Source


Voilà François Hollande dépourvu de toute caution qu’apportaient ses ministres à la gauche de la gauche. Celle-là même dont il prétendait lors de ses discours d’investiture, appartenir. Au moins le départ de Christiane Taubira, après ceux d’Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Cécile Duflot, clarifie l’ancrage du gouvernement actuel estampillé à l’origine social-démocratie mais ayant perdu toute légitimité en cours de mandat, au profit d’une démocratie libérale représentée par le couple Valls-Macron.

Ce gouvernement va dans les mois à venir se doter d’une restriction des libertés pour la population et poursuivre ces cadeaux en « libéralités » pour les possédants.

En tout état de cause, François Hollande a fait le choix de satisfaire l’électorat allant du centre droit à l’extrême droite pour, espère-t-il, gagner les élections de 2017. En délaissant la gauche qui l’a élue, il s’éloigne des suffrages de la classe populaire donnant par la même occasion des « gages » à l’extrême droite lui permettant de ce trouver représentée au 2e tour de la présidentielle.

Il n’est plus temps de choisir entre une social-démocratie et une démocratie qui se prétend sociale dans un univers ultralibéral, il faut inventer une nouvelle société solidaire et d’économique plus équitable. MC