Résultats Élections régionales

Suite aux votes du 13 décembre 2015, il sera bon de prendre le temps de réfléchir aux conséquences des plus de 6 Millions de voix créditées au FN pour cette élections régionales et au fait que deux régions seront gouvernées par la droite et extrême droite exclusivement.

Il est beaucoup trop simple d’analyser les votes de la manière dont l’ont fait les leaders politiques qui se sont succèdés dans les médias.

Qu’il soit de n’importe quel parti politique, ils ont tous réagis en conservateur indéfectible de leurs idéaux, poser par leur hiérarchie, leur organisation, leurs mots d’ordres et pour certains en fonction de leur privilège que leur accorde, leur statut d’élus cumulards.

Si le PS a été notamment au premier tour (le 2e tour n’est pas significative dans la mesure où certains de leurs électeurs ont d’abord et avant tout fait barrage au Front National en portant leurs voix sur le candidat des républicains), si le parti socialiste a notamment subi une désaffection de ses électeurs, il le doit à son allégeance aux directives gouvernementales austéritaires et néolibérales en donnant des gages tant au Medef qu’à l’union européenne et Merkel. Il a fait de la sécurité ce qu’il pensait être un rempart négligeant dans le même temps l’augmentation constante du chômage, la baisse du pouvoir d’achat, l’insolence des possédants ravis d’afficher leurs bénéfices exorbitants dans une période où les restrictions budgétaires, le cran supplémentaire à la ceinture, est de mise.

La vague bleue promise par les républicains, n’a pas eu lieu et même devant l’étroitesse du score dans les régions Île-de-France et Normandie, ces élections pavés de coup bas indignent, laisseront des traces parmi les électeurs qui attendaient plus que partout ailleurs, des projets significatifs pour la gestion de ces deux régions.

La région PACA et son duel Marion Maréchal Le Pen, Christian Estrosi, est le type même de faux problèmes entre l’extrême droite et la droite (Il me semblerais plus juste de les appeler dans le contexte actuel: droite Frontiste, droite traditionnelle) car à n’en pas douté Monsieur Estrosi pratiquera une très grande partie de la ligne xénophobe et frontiste qu’il applique déjà « dans sa bonne ville » de Nice.

La région Rhône-Alpes avec le bellâtre Wauquiez, très à son aise avec les thèses frontistes qu’il a mit en exergue tout au long de sa campagne, portera un coup très dur sur l’économie « rhônalpine », les subventions pour les lycées, collèges, associations diverses, l’emploi et le transport (les TER qu’il va « vendre » au privé).

Mais toute cette analyse à chaud n’est que la traduction d’une réalité immédiate, elle ne résoudra en rien la montée en voix du Front National.

Le système de société, le système économique, les relations internationales commerciales, guerrières et diplomatiques, les politiciens installés, les politiques de plâtrage à l’emporte-pièce prolongées par des lois inappliquées parfois même inapplicables puisque s’auto-contredisantes, vont nécessiter une refonte complète pour plus d’égalité dans les droits et acquis sociaux, une volonté de retrouver des créations d’entreprises innovantes, la pénalisation du dumping bancaire, feront un ensemble permettant la recherche d’une nouvelle société privilégiant l’humain, au détriment du tout libéral.

C’est dans un esprit de reconquête de la société grâce à l’écoute de la population, à répondre à ses attentes à tous les échelons que naîtra une nouvelle gestion de la France.

Contester systématiquement est dans l’esprit latin, pourtant se référant aux 30 glorieuses, les Françaises et les Français de cette époque bien que n’étant pas d’accord avec les gouvernements successifs voulant conserver un colonialisme largement dépassé, disposaient d’une qualité de vie matérielle et sociale beaucoup plus répartitrice qu’elle ne l’est aujourd’hui et ce bien que nous sortions d’une guerre désastreuse.

Ne laissons aucune place aujourd’hui à la montée de l’extrémisme comme l’a fait en 1930 avec l’aide d’une population désœuvrée, un parti d’outre-Rhin qui nous amena tant de misère.

J’en terminerai en appelant chacune chacun à ne pas se laisser suggérer, auto-guider par les médias traditionnels, les pseudos experts, ou les philosophes de pacotille, j’appelle chacun chacune à réfléchir à une nouvelle société, à des têtes nouvelles, à une autre forme de gestion pour que chacun puisse vivre décemment de son travail tout en bénéficiant d’une couverture santé efficace, dans un monde en paix.

MC