Un partage. Une communion civile.

Qu’il y ait un hommage venu du fond du cœur, spontané de la population se rendant auprès des lieux ou ont eu lieu ces atroces attentats du 13 novembre (comme ceux du 11 janvier) 2015 est à la fois compréhensif et louable dans une sincérité de gestes, non prémédités, non calculés.

Ces instants sont à partager, ils sont rares, et très éphémères.

Aussi lorsqu’une cérémonie hommage est rendue par l’État quinze jours après ces journées terribles et la perte d’autant de personnes innocentes, je m’élève contre cette récupération, récupération d’autant plus visible qu’à une semaine des élections régionales pour lequel tous les sondages indiquent que le parti du gouvernement recevra une belle claque fortement méritée au vu de sa politique antisociale, ultralibérale qu’il a menée depuis que François Hollande est à la tête de ce gouvernement.

Reste qu’à travers la cérémonie des Invalides du vendredi 27 novembre 2015, restera plus que le discours hommage rendu par François Hollande aux victimes, l’interprétation de cette chanson de Jacques Brel « quand on a que l’amour » qui assurément ne l’avait pas composée à dessein, mais qui fut un moment intense, si ce n’est le plus intense de cet hommage.

Bien que vu plusieurs fois, je ne peux m’empêcher de poster sur mon blog cette interprétation qui restera dans la mémoire de beaucoup de personnes, bien longtemps après que l’on ne se souvienne de la raison et dans les conditions pour lequel elle fut interprétée.

« Quand on n’a que l’amour pour parler aux canons ». Le titre mythique de Jacques Brel a raisonné dans la cour des Invalides, vendredi, tel un message de paix et d’union adressé aux terroristes qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier. « Quand on n’a que l’amour », écrite par l’artiste belge en 1956, a été interprétée par les chanteuses Camélia Jordana, Nolwenn Leroy et Yael Naim, lors de la cérémonie d’hommage aux victimes, devant le président Hollande au bord des larmes.

C’est Yael Naim, chanteuse d’origine franco-israélienne de 37 ans, qui a prononcé les premières phrases de cette chanson. « Quand on n’a que l’amour, à s’offrir en partage, à jour du grand voyage », a-t-elle chanté, guitare à la main.

Camélia Jordana et sa voix suave, Nolwenn Leroy et son timbre puissant, Yael Naim et son ton juste et sobre, se sont succédé pour interpréter chacune un couplet du morceau.

Les trois jeunes femmes ont terminé en chœur sur : « amis le monde entier ».

Dailymotion – Source