BLEUETTE

Il nous restera ça, toi et moi

Il nous restera l’espérance, il nous restera ça, et la mémoire,

des fois avec des malheurs, des fois avec des bonheurs.

Il nous restera ça, les soupirs des champs au printemps,

des images simples comme des cartes postales, tes colères et les miennes.

Tu es ma voix Loulou, premier coquelicot dernière marguerite,

tu me tiens dans le vent de ce que j’ignore.

Il nous restera ça, tout ce qu’on se dit pas,

je vais te le dire quand même : Je t’aime.

Il nous restera ça, de l’amour, encore et pour toujours,

des chevaux fous et des grands feux avec des indiens frères.

Oh Loulou, Louloute, je suis fou et j’invente des histoires à dormir debout,

juste à toi pour que tu m’oublies pas.

En ballon, en nacelle, je t’emmène, Loulou, Louloute,

Lou mon beau cadeau, mon noël à moi.

RICHARD BOHRINGER – Extrait du CD, Grand Corps Malade, « Il nous restera ça »

E Richard Borhinger Red

 

 

 

Laisser un commentaire