Netanyahou réhabilite Hitler

Décidément, il est dit que les dirigeants israéliens iront au bout de l’horreur.

Voilà que, prenant la parole, mardi 20 octobre, devant le Congrès sioniste à Jérusalem, Benyamin Netanyahou a absous Hitler de l’extermination des juifs. Selon le premier ministre israélien, c’est le grand mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, qui aurait dit à Hitler de « brûler » les juifs.

« A ce moment-là (en 1941), a affirmé Netanyahou, Hitler ne voulait pas exterminer les juifs mais les expulser. »

Abomination immédiatement démentie par l’historienne en chef du mémorial Yad Vashem pour la mémoire de la Shoah, Dina Porat, qui a rappelé que le projet « d’exterminer la race juive » figurait déjà dans un discours devant le Reichstag, le 30 janvier 1939.

Netanyahou ne sait plus quoi inventer pour faire monter la haine des Israéliens contre les Palestiniens.

Tout, plutôt que d’entrer dans une négociation pour mettre un terme à la colonisation. La logique coloniale est infernale. Elle conduit au racisme, à l’apartheid et flirte à présent avec la réhabilitation du régime nazi.

Par ailleurs, s’il est vrai que le Grand Mufti était antisémite, les jeunes Palestiniens d’aujourd’hui n’en sont évidemment pas responsables. Cette assimilation par-delà les générations est, de la part du Premier ministre israélien, l’aveu du pire racisme.

Denis Sieffert – Politis – Source :


Ajout du 22 oct (11 h)

Nétanyahou et la «solution finale»: «Hitler lui-même démentirait», estime Serge Klarsfeld

INTERVIEW Le Premier ministre israélien a déclaré que le Grand Mufti de Jérusalem était l’inspirateur de la « solution finale »…

« Hitler ne voulait pas exterminer les juifs ». Mardi, lors de son discours devant le 37e congrès sioniste à Jérusalem, le Premier ministre israélien a attribué la responsabilité de la Shoah au Grand Mufti de Jérusalem, l’autorité religieuse musulmane, qui aurait soufflé à Hitler l’idée de la « solution finale ». Benjamin Netanyahou est allé jusqu’à tenter de réciter à son auditoire le dialogue qu’auraient pu avoir les deux hommes. A Hitler, qui selon Netanyahou ne « voulait pas exterminer les Juifs mais les expulser », le Haj Amin al-Husseini aurait répondu : « Si vous les expulsez, ils viendront tous ici », en Palestine. « Et qu’est-ce que je vais en faire ? », a prêté Netanyahou à Hitler. Selon le Premier ministre israélien, le mufti lui aurait rétorqué « Brûlez-les ». Des allégations qui lui ont valu une pluie de critiques. Serge Klarsfeld, historien et « chasseur de nazis », revient pour 20 Minutes sur les déclarations de Netanyahou.

Que vous inspirent les propos du Premier ministre israélien ?

Les déclarations de Netanyahou sont totalement inexactes et extrêmement regrettables. Cela revient à minimiser le rôle d’Hitler et mettre sur le dos des Arabes la responsabilité de la « solution finale ». C’est incongru et surtout vraiment absurde de la part du Premier ministre de l’État hébreu.

Vous dites que ces déclarations sont inexactes, est-ce à dire qu’il y a une part de vrai ?

Tous les historiens diront que c’est n’importe quoi. Hitler lui-même démentirait s’il le pouvait ! Dans son discours du 30 janvier 1939, il parlait déjà de « l’anéantissement de la race juive en Europe ». Il n’a cessé de le dire et de le préparer.

La « solution finale » était déjà en marche depuis de nombreux mois en Allemagne, en Biélorussie, en Lettonie en Ukraine et en Pologne lorsqu’Hitler a rencontré le Mufti al-Husseini, le 28 novembre 1941. Le massacre de Babi Yar, qui a coûté la vie à 33.771 personnes, avait eu lieu deux mois auparavant. Le Führer n’a pas attendu le Mufti pour cela. Toutefois, il est vrai que, plus tard, al-Husseini a empêché l’émigration en Palestine de juifs d’Europe.

Quelles conséquences les propos de Netanyahou peuvent-ils avoir ?

Ils ont surtout pour effet de montrer sa surprenante inculture historique et sa capacité de distorsion des faits. Il va jusqu’à faire dire : « Brûlez-les » au Mufti, n’hésitant pas à transférer une part de la responsabilité d’Hitler dans la Shoah sur lui. Un descendant d’al-Husseini pourrait porter plainte contre Netanyahou à Jérusalem.

Propos recueillis par Anissa Boumediene – Lu dans le « 20 minute » Publié le 21.10.2015 à 21:05

Laisser un commentaire