Xénophobie, lorsque tu nous tiens

Vu d’Italie. Cirque tsigane attaqué …

Depuis son arrivée dans le très bourgeois XVIe arrondissement de Paris, le cirque Romanès est confronté à des actes de racisme quasi quotidiens. Le quotidien italien La Stampa pointe le climat délétère qui règne dans le pays.

Les malheurs du cirque Romanès ont traversé les Alpes. Pendant des années, Alexandre Romanès, son fondateur, s’est déplacé aux quatre coins de la France sans rencontrer aucun problème. Mais il n’a jamais eu à affronter autant d’hostilité que depuis qu’il a, en juin, posé ses valises avec son cirque dans le très chic et très bourgeois XVIe arrondissement de Paris, raconte La Stampa. “Nous subissons des actes de vandalisme tous les deux ou trois jours, se plaint-il au quotidien italien. On nous a aussi volé des instruments, des photos et 200 costumes. Il s’agissait de nos souvenirs, de notre histoire.”

Afin d’apaiser les esprits, la maire Anne Hidalgo a fait ériger une palissade autour du cirque. Et les caravanes ont été repeintes en vert afin de mieux se fondre dans le bois de Boulogne. Mais l’hostilité des riverains, avec la multiplication des recours contre la présence du cirque par les associations, ne semble pas faiblir. Une habitante du quartier a ainsi déclaré à Alexandre que, depuis son arrivée, les chats avaient disparu de l’arrondissement. “Nous savons très bien que les tsiganes mangent les chats”, lui a-t-elle assené.

Bouc émissaire

Pour le fondateur du cirque, comme il l’explique à La Stampa, la multiplication de ces épisodes racistes “fait partie du climat dominant en France, au travers de l’hostilité croissante envers l’‘autre’ et l’avancée du Front national de Marine Le Pen”. “Ceux qui gouvernent ne réussissent pas à résoudre le chômage ni les salaires trop bas, diagnostique-t-il. Quand l’être humain est dans une situation terrible, il devient terrible à son tour. Il aura toujours besoin d’un bouc émissaire.”

L’histoire du cirque Romanès, rappelle le quotidien italien, intervient en effet alors que François Hollande a promis aux Français une amélioration de la situation économique et sociale, “dans l’espoir de renforcer le pouvoir d’achat et de contrer le niveau record du chômage avant la course à l’ Elysée de 2017”. “Et qui sait, conclut le journal italien, si l’amélioration de la conjoncture économique ne contribuera pas à récupérer un peu de la fraternité [en français dans le texte] perdue, l’une des trois valeurs cardinales de la République, qui, ces derniers temps, est plus attaquée que jamais.”

Courrier international – Source.