A la Télé-Talk Show : Toujours les mêmes présences…

David Pujadas reçoit sa marraine Marine Le Pen pour la cinquième fois dans Des paroles et des actes

Tu dois commencer à frétiller du calbute, mon garçon, car y a marraine qui vient dîner jeudi prochain. Elle fait un peu peur, Marraine Le Pen, avec sa grosse voix d’ex-fumeuse de Gauloises blondes, et puis elle va encore te gronder parce que tu n’as pas bien révisé tes leçons.

Les chiffres de l’immigration (30 millions d’étrangers selon elle), du chômage (45 millions au doigt mouillé) et la prolifération de jihadistes à tous les coins de rue, elle va te les balancer dans les gencives et tu ne sauras pas quoi répondre, comme d’habitude, parce que tu auras passé plus de temps à soigner ton casque Playmobil qu’à te plonger dans les chiffres.

Elle est méchante, marraine, mais tu l’aimes quand même, à croire, puisque c’est la cinquième fois que tu l’invites dans Des paroles et des actes. Elle en fut la première convive il y a quatre ans, d’où son statut de marraine, et depuis tu n’arrêtes pas de lui balancer des cartons, pour assurer ceux de l’audience que cette grande gueule fait exploser à chaque passage.

C’est tout à ton honneur de bien t’occuper de ta marraine, mon petit David, parce que ses autres filleuls ne l’invitent jamais. Enfin, c’est elle qui dit ça. Moi, j’ai l’impression de la voir tous les jours dans le poste, à en dégueuler des yeux. Sans parler de son père – l’ancien pestiféré des médias qu’on voyait partout lui aussi –, ni de tous ses enfants, les Philippot, Ménard, Collard, et leurs copains Finkielkraut, Onfray, Zemmour, Valeurs actuelles et j’en oublie.

Le jour où cette bande d’affreux aura les manettes, y compris celles des médias, j’espère qu’ils te laisseront sur ton siège pour tant de loyaux services rendus et de micros tendus à leur propagande. Car, à ce qu’on raconte, c’est marraine qui décide maintenant des invités qu’elle aura en face d’elle, pour éventuellement lui apporter une contradiction inaudible, car forcément plus fine que ses grasses éructations de vendeuse de morue. Tu avais songé à lui mettre le vieil oncle gaucho Dany Cohn-Bendit entre la poire et le fromage, elle t’a envoyé te faire traire sur le mode “c’est un dinosaure retiré de la politique”.

Très branché préhistoire, tu avais songé à Giscard et Badinter, elle t’aurait répondu : “Et René Coty, Davidou, il est pas libre ?” Et tu aurais obtempéré à ses pulsions de couguar qui aimerait visiblement croquer du jeunot. Faut pas la fâcher, marraine, sinon la prochaine fois elle va aller étaler son “discours de vérité” chez Maïtena et toi t’auras plus qu’à te fader la cousine babos Emmanuelle Cosse. Tu atteindras l’Audimat de France 3 Basse-Normandie et c’est là que tu finiras en 2017, quand marraine aura les clés du château.

Alors fais pas l’idiot, jeudi, mets un beau costume du dimanche, peigne-toi bien les moulures et accueille de tes courbettes marraine, avec des invités qu’elle aura elle-même choisis pour les bouffer tout cru. Mieux, tu sais quoi ? Laisse-la faire son one-woman show, et passe derrière avec un chapeau. Ce sera pour tes étrennes, tu l’auras bien mérité.

Je t’embrasse pas, j’ai déjà zappé.


Christophe Conte – Les Inrocks – Source