Étiquettes

Il part de si loin, alors il part tôt. François Hollande s’est mis à tisser sa toile pour préparer 2017. Il consulte tous azimuts, tente d’élargir et de rajeunir ses réseaux. Un réflexe de survie qui dévoile aussi des envies d’ailleurs : la culture et le show-biz occupent aujourd’hui dans sa vie une place qu’ils n’avaient pas en 2012.

Le 28 août, François Hollande regarde François Hollande regardant François Hollande. Il assiste à la projection du documentaire d’Yves Jeuland qui lui est consacré, Un temps de président(diffusion le 28 septembre sur France 3), où on le voit notamment suivre à la télévision la retransmission de ses propres vœux. S’il ne reste plus en France qu’un hollandais, on sait où il habite…

Lucide, le chef de l’État évoquait en privé, avant l’été, un « trou de souris » quand il songeait au chemin qu’il devrait emprunter pour être réélu. Aujourd’hui, un socialiste parle du « chas d’une aiguille », et l’on comprend bien qu’il ne suffira pas de jouer au chas et à la souris pour se faufiler jusqu’en 2017. A l’un de ses proches, François Hollande a confié : « En 2012, Nicolas Sarkozy s’est déclaré trop tard. »

Lui n’entend pas commettre les mêmes erreurs et, à défaut de rendre explicite une évidence dont personne ne doute, il veut partir tôt, parce qu’il part de si loin. Ne pas commettre les mêmes erreurs ? Les présidents candidats ont toujours tant de peine à renouveler leurs idées, leurs discours, leurs lieutenants. A faire du neuf. A chaque élection nationale, ce sont donc les Français qui décident de changer : puisque les sortants peinent à changer, ils sont sortis.

Laurent Agnès, L’Express – SOURCE


Éventuellement si la suite vous intéresse