Croissance, t’es où ?

La croissance en zone euro ? Elle se hissera tout juste à 1,4 % cette année, puis à 1,7 % et à 1,8 % les deux suivantes.

L’inflation ? Elle atteindra à peine 0,1 % en 2015, pour remonter péniblement à 1,1 % en 2016 et à 1,7 % en 2017. Si tout va bien. Car ces chiffres révisés à la baisse jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) pourraient l’être encore dans les jours qui viennent. Les secousses qui ébranlent actuellement les pays émergents, Chine en tête, risquent en effet d’avoir des répercussions sur le dynamisme de toute la planète.

Le président de la BCE était donc beaucoup moins enthousiaste qu’au printemps dernier. Le spectre de la déflation, que son action vigoureuse avait semblé éloigner en début d’année, refait désormais surface. Mario Draghi veut croire que le mouvement ne sera que temporaire – car lié pour beaucoup au recul des prix de l’énergie.

Plusieurs éléments structurels n’incitent pas à l’optimisme : la montagne de dette que l’Europe va devoir rembourser, l’incapacité de certains pays à se réformer en profondeur, la lenteur des processus des décisions communautaires… avec tout cela, le scénario d’une décennie perdue à la japonaise ne peut être exclu pour la zone euro.

Dans un monde aussi mou, il faut des banquiers centraux agiles et énergiques. C’était le mantra d’un certain Ben Bernanke, dans un fameux article qu’il avait rédigé dès 2002. Dans son sillage, Mario Draghi a promis de rester très actif. Il a laissé entendre qu’il pourrait laisser grand ouvert le robinet à liquidités plus longtemps que prévu, au-delà de septembre 2016. Et même qu’il était prêt à actionner de nouvelles vannes.

Doit-on considérer l’Europe sous sa phase économique comme un échec ?                                                °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°  Peut-on penser que si les états constituant l’Eurogroupe étaient restés indépendants–ancienne configuration avec économies internes et externes indépendantes, une monnaie nationale–, chaque État assurant sa gestion économique, les problèmes d’économies au niveau européen eurent-elle été aujourd’hui différentes ?


Maujean Guillaume, Titre original de l’article : « Mou, moche et méchant » – Les Echos – Source


Lire aussi l’article « Sortir de l’euro ? »