Bolloré et l’agonie de l’esprit Canal

Dans un entretien au Figaro, Maxime Saada, le nouveau directeur général de la chaîne, a levé le suspense sur la nouvelle programmation de Canal Plus.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne fera pas que des heureux.

Les rumeurs concernant la suppression des « Guignols de l’info » avaient soulevé l’opinion La chaîne avait alors assuré de leur maintien. Elle leur réserve pourtant un bien mauvais coup. En effet, le programme satirique est déplacé à 20h50, et sera diffusé en crypté.

L’édition hebdomadaire du dimanche restera en clair, et les vidéos seront disponibles sur internet. Comble de l’histoire, Maxime Saada affirme à propos des « Guignols » : « Nous développons leur exposition. Nous considérons que c’est une pépite qui contribue à l’attractivité de la chaîne ». Drôle de façon de développer l’exposition de l’émission que d’en priver les dizaines de millions de foyers qui ne sont pas abonnés…

Antoine de Caunes aussi passe en crypté, à la tête d’une émission de divertissement nommée « Antoine sans fiche », diffusée en seconde partie de soirée sur un rythme hebdomadaire. « Le Grand Journal » est repris par Maïtena Biraben.

Les visages changent, le fond aussi : « on va mettre beaucoup plus l’accent sur les sujets culturels » explique Maxime Saada. Pourquoi pas… Sauf qu’en l’occurrence, cela se fera au détriment des sujets politiques. « Le Supplément » sera présenté par Ali Baddou.

Là aussi, moins de politique, plus culture : le programme reste en clair. Pour les sujets plus sensibles, on crée « Le Supplément interdit », en crypté, en seconde partie de soirée.

« Le Petit Journal » fait figure de rescapé dans cette nouvelle programmation, puisque l’émission politique, dont la popularité ne faiblit pas, est maintenue en clair et gagne même un peu de temps de chaîne. A la vue du reste des annonces, on ne peut qu’espérer que l’émission parvienne à rester insolente et pertinente…

Que retenir de ce jeu de chaises musicales ? « Vincent Bolloré m’a demandé d’impulser une nouvelle ambition pour les contenus de Canal + », explique le directeur. En réalité, l’ambition portée par le patron est de transformer Canal + en chaîne de divertissement.

On se demande bien pourquoi Bolloré, proche ami de Nicolas Sarkozy, pousse la chaîne à se dégager des polémiques politiques alors que la campagne présidentielle de 2017 approche. Mais peut être que la réponse se trouve déjà dans la question.

Paul-Maxime Nave – SOURCE

Laisser un commentaire