Super-fayot !

Chaque Président a son super-fayot.

Nicolas Sarkozy avait Nadine Morano ; François Hollande a… François Rebsamen.

Dans un entretien au Monde (26 mai), qui oscille entre la déclaration d’amour et le lancement de candidature, le ministre du Travail déroule sa partition : « Il reste encore deux ans pour que les Français prennent conscience que François Hollande est un grand Président. » Les citoyens seraient-ils à ce point aveugles ?

Selon ce compagnon de longue date de François Hollande, la politique menée « commence à livrer ses résultats ». Si cela était le cas, pourquoi annoncer 200 embauches à Pôle emploi pour contrôler les chômeurs ? Pourquoi ne pas recruter plutôt 200 inspecteurs du travail ?

Quand le nombre de chômeurs dépasse les 3,5 millions, comme en avril, et que « Rebs » y voit un signe « encourageant » et interdit à quiconque de le contredire au motif que ce serait « faire le lit de l’extrême droite », on se dit que le ministre est moins celui du Travail que de l’optimisme béat.

Au risque de lui déplaire, rappelons que Hollande a mis une condition à sa candidature en 2017 : le recul du chômage.

Et c’est pas gagné.

Article paru dans Politis n° 1355  Couv Politis N° 1355