Bruxelles a légalisé 19 nouveaux organismes transgéniques.

Malgré l’opposition de 19 États européens, La Commission européenne vient d’autoriser l’importation de 19 nouveaux organismes transgéniques, s’ajoutant aux 58 déjà autorisés. Europe oui OGM

Ces produits, dont 11 proviennent de la multinationale Monsanto, étaient en attente d’autorisation depuis plusieurs années. Pour résoudre les blocages récurrents, Bruxelles propose au même moment de revoir les règles d’autorisation des OGM.

Les États membres pourront plus facilement interdire sur leur sol l’importation d’OGM autorisés au niveau de l’Union européenne : des arguments politiques suffiront. En échange, la Commission se donne la possibilité d’accélérer le traitement des autorisations.

Pas de quoi rassurer les opposants, car, malgré les interdictions nationales, les produits circulent sans entrave dans l’espace Schengen. Notamment ceux issus de l’élevage, qui n’ont aucune obligation d’étiquetage lorsque les animaux ont été nourris avec ce type d’aliments.

Le lobby pro-OGM, lui, salue la levée du « moratoire de fait » et rappelle opportunément que 44 produits sont encore en attente d’autorisation. En janvier, le Parlement européen adoptait une réforme similaire concernant cette fois les cultures OGM sur le sol européen.

Pour l’heure, seul le maïs MON810 est autorisé. D’autres pourraient donc l’être en vertu du schéma de l’interdiction « à la carte ».

Erwan Manac’h  Article paru dans Politis n° 1351

Couv Politis N°1351