Prochaines visées les régionales et la présidentielle en point de mire.

Les résultats des cantonales donnent (certainement) 66 départements à la droite avec 37,79% des votants, 31 à la gauche avec 25,41% et le Front national et ses 22,36% n’obtient aucun département ! 

Sacré jeux de tripatouillage électoraliste. Même si les thèses du FN m’insupportent, je suis troublé sur le fait que 22,36 % de ses électeurs ne soient pas représentés par des élus. Pour autant, il ne serait que justice que ces électeurs soient écouté. Quoi qu’en disent les leaders de partis politiques, ce n’est pas dans le rejet qu’il faut agir mais dans la compréhension de leur choix électoral;  c’est bien là un des enjeux des prochaines consultations.

L’article qui suit est un exemple de ce qu’il ne faut pas mettre en avant.

MC


 

Pathologique

La paranoïa antimusulmane d’une partie de l’opinion atteint désormais une dimension pathologique. Le mal n’est pas limité aux électeurs. Un certain nombre de responsables, Nicolas Sarkozy au premier chef, y ont également succombé. Dans un accès de zèle qui confine à la xénophobie, ils proposent maintenant d’interdire à l’école les menus de substitution qui permettent aux enfants de culture musulmane – ou de culture juive – de ne pas manger de porc à la cantine.

Chacun comprend la nécessité d’appliquer avec fermeté les lois laïques dans une société traversée par les querelles intercommunautaires. On peut aussi admettre, sinon approuver, cette tactique consistant à user de certains symboles identitaires pour contenir la progression du Front national, comme Nicolas Sarkozy l’a fait avec un certain succès en 2007.

Il s’agit maintenant de tout autre chose. En dénonçant les « menus de substitution » en vigueur dans de nombreuses écoles, que fait le président de l’UMP, sinon s’attaquer à des enfants dans l’espoir d’atteindre les familles ?

Le Front national lui-même, dans les municipalités qu’il dirige, a maintenu les menus sans porc ! Il n’est écrit nulle part dans les lois françaises que les enfants sont contraints de manger du cochon sous peine d’apparaître comme de mauvais citoyens.

Les interdits alimentaires sont divers dans le monde et profondément enracinés. Ils ne font de mal à personne. Obliger des élèves à les enfreindre ou à jeûner n’a d’autre effet que d’humilier une religion et désigner ses fidèles comme une minorité importune. C’est défigurer la laïcité, principe de neutralité et de tolérance, qu’on veut changer en arme d’exclusion dirigée contre nos compatriotes musulmans.

C’est défendre une conception fermée, immobile, archaïque de l’identité française, alors même que cette identité repose aussi, depuis la Révolution, sur l’ouverture au monde, la tolérance envers les minorités et l’universalité des droits de l’homme. Et de l’enfant.

Joffrin Laurent, Libération

 

 

Laisser un commentaire