De nouveau Nanar sur la paille ?

Affaire Tapie : la cour d’appel de Paris accepte la révision de l’arbitrage

Dans un arrêt rendu mardi 17 février, la cour d’appel de Paris a jugé recevable le recours en révision déposé le 27 juin 2013 par le CDR, l’organisme chargé de solder le passif du Crédit lyonnais. Cette décision remet en cause la sentence arbitrale qui avait accordé en juillet 2008 405 millions d’euros à Bernard Tapie, qui estime avoir été spolié par le Crédit lyonnais lors de la revente d’Adidas.

Si je mets de côté les conditions dans lequel notre Bernard Tapie national à récupérer 405 millions d’euros sur le dos des contribuables, je trouve que ce roué et fieffé personnage, ressemble de plus en plus à ces jouets « culbuto » maintes fois mis à terre, toujours redressés.

tapie 2Un certain temps, le Bernard se gargarisait de fonctionner aux piles Wonder sur-dynamiser (ce qui à l’époque était un sacré coup de marketing), aussi faut-il reconnaître à cet homme une force de caractère hors du commun, un sens inné de l’entourloupe, une gouaille et bonhomie à toute épreuve accrochant la sympathie.

Bien que ce personnage me soit insupportable, représentant l’arrivisme dans son écrin le plus détestable, on n’en arrive à rire d’autant de vicissitudes réunies dans une vie.

Au passage rappelons la liquidation du Credit Lyonnais (Banque privée) de l’époque, qui fait toujours partie de la dette payée par les français et non par les ex actionnaires de la banque.  LCL (avec sa pub proposée par Gad Elmaleh résident monégasque et Suisse pour le fisc) en est une émanation sur le dos des français.   MC