Élection 1er tour – Doubs.

Un sentiment bizarre !

Entre satisfaction et desespoir. Désespoir de voir le Front National en tête de ce premier tour des élections dans le Doubs, désespoir de ne pas voir une coalition de gauche de type Syriza ou Podemos et même ailleurs le front de gauche français présent au deuxième tour face a cette montée frontistes. Satisfaction ou plutôt mi satisfaction de voir une personne représentante hélas du gouvernement en place, acceptant sa gestion sa gestion de l’État, tentant de s’opposer à que l’on veuille ou non une extrême droite ayant les oreilles et la possibilité de s’exprimer dans 99% des médias nationaux.

Le tour des Médias.

Freyssenet Elsa, Les Echos

C’est le premier scrutin électoral depuis les attentats qui ont frappé la France en janvier et il est davantage favorable au Front national qu’aux partis de gouvernements. Le premier tour d’une législative partielle s’est tenu dimanche dans la quatrième circonscription du Doubs pour pourvoir au remplacement de Pierre Moscovici, nommé commissaire européen. A l’issue de ce vote, seul le candidat du PS Frédéric Barbier et celle du FN Sophie Montel sont qualifiés pour le second tour de dimanche prochain.

Faute d’avoir rassemblé sur son nom 12,5 % des électeurs inscrits, le candidat de l’UMP Charles Demouge est éliminé. Pour le FN dont la représentante est arrivée nettement en tête, c’est bien sûr une satisfaction.

Dans cette circonscription populaire, la marginalisation de Marine Le Pen dans la mobilisation nationale qui a suivi les attentats n’a pas desservie ses troupes. Le PS peut lui aussi être soulagé : malgré une forte division de la gauche au premier tour, son candidat se maintient. Peut-être grâce au regain de popularité de l’exécutif.

Pour l’emporter dimanche prochain, Frédéric Barbier devra néanmoins compter sur les suffrages d’électeurs de droite. Dès hier soir, il a d’ailleurs appelé les électeurs « à l’unité » autour des valeurs républicaines. Pression pour l’UMP. (…)


  Chapuis Nicolas, Le Monde

Cela devient une habitude pour le Front national. Sophie Montel, sa candidate dans la quatrième circonscription du Doubs est arrivée en tête (32,60 % des suffrages) dimanche 1er février lors du premier tour de l’élection législative partielle pour remplacer Pierre Moscovici (PS), devenu commissaire européen. Elle devra affronter en duel le candidat socialiste Frederic Barbier, arrivé en deuxième position (28,85 %) (…)

… le comportement des électeurs UMP qui sera scruté de près. Avant l’élection, Charles Demouge avait exprimé son soutien au front républicain face au FN, avant de se rétracter sous la pression de son parti qui défend le « ni–ni » : ni FN, ni PS.

C’est une déception pour l’UMP dans la mesure où notre parti n’a pas réussi a créer l’alternance sur des terres ouvrières mais c’est un résultat à relativiser car c’est l’une des 35 circonscriptions où le FN et le PS sont les plus forts.

Or l’UMP n’y perd que de 500 voix environ , a déclaré au Monde Gérald Darmanin, secrétaire général adjoint aux élections à l’UMP. Exhorté par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à adopter « une position claire et sans ambiguïté », le parti dirigé par Nicolas Sarkozy se prononcera mardi sur les consignes à donner à ses électeurs, et de son côté, l’UDI a appelé dimanche soir à voter pour le candidat PS. « SITUATION RÊVÉE » POUR LE FN Un duel face au PS est la « situation rêvée » pour le Front national. Sophie Montel est persuadée qu’une bonne partie de l’électorat UMP « préfèrera voter pour [elle] plutôt que pour le PS ». (…)


Tabard Guillaume, Le Figaro

Pour son premier test électoral de l’année depuis son retour à la tête de l’UMP, Nicolas Sarkozy ne pouvait imaginer pire cauchemar. Son parti éliminé, le Parti socialiste qui retrouve des raisons d’y croire et le Front national plus puissant que jamais. Et surtout, ce piège diabolique tendu sous ses pieds. « Front républicain » ou « ni-ni »: la droite n’a le choix qu’entre deux mauvaises solutions qui, chacune, va mettre à mal son unité, son image, sa stratégie et l’autorité de son président.


 Auffray Alain, Libération

Le parti de Nicolas Sarkozy va de nouveau se déchirer sur sa stratégie pour le second tour. Abstention ou appel au «front républicain» pour faire barrage au FN ? (…)

Question explosive qui sera à l’ordre du jour du bureau politique, mardi. « C’est gravissime, Marine Le Pen est aux portes du pouvoir ! » confiait dimanche soir à Libération un ancien ministre UMP, favorable à ce que son parti ne donne aucune consigne de vote et laisse leur «totale liberté» à ses électeurs. Le débat s’annonce houleux. (…)


 « Le FN, allié objectif des pires politiques d’ austérité »

Le 1er tour des élections législatives partielles de la 4e circonscription du Doubs est à l’image de toutes les élections partielles depuis décembre 2012, et de l’élection européenne : explosion de l’abstention, très faible progression du Front de gauche, effondrement du PS, stagnation des forces de droite, forte progression du FN.

Dans ce contexte, il est objectivement difficile de présenter comme une victoire, le fait que le candidat socialiste puisse participer au 2e tour dans une circonscription où le PS est sortant depuis 2007. Ce qui s’est passé dimanche dans le Doubs est un désastre électoral de plus pour notre pays et, le gouvernement de par sa politique d’austérité en porte la responsabilité principale.

D’élection en élection, le FN apparaît de plus en plus comme le verrou à tout changement progressiste en France. Ayant été instauré opposition officielle avec la complicité des médias dominants, le FN s’emploie à entretenir la confusion politique en cachant la forêt de son fond raciste, xénophobe et réactionnaire par l’arbre de quelques mesures économiques et sociales volés à la gauche de transformation sociale avec l’objectif de discréditer celle-ci. Il a même poussé sa stratégie perverse jusqu’à soutenir Syriza dimanche dernier alors qu’il est le parti frère des fascistes de l’Aube dorée.

Il est temps d’arracher le pseudo masque social du FN qui cache sa véritable nature nationale-populiste. Le FN est l’allié objectif des pires politique d’austérité

Comme l’a montré son attitude lors de la manifestation du 11 janvier, le FN ne se nourrit que des divisions du peuple français. C’est un parti de guerre civile.

C’est pourquoi le PCF appelle tous les électeurs de la 4e circonscription de Doubs, quelque soit leur vote de 1er tour, à faire barrage en votant Frédéric Barbier, à l’élection à l’Assemblée nationale d’une députée FN.

 Pascal Savoldelli.


 « lapalissade ».

Le gagnant, lequel soit-il, sera celui qui fera venir les abstentionnistes dans les bureaux de votes. Hélas la droite est excellente dans cet exercice surtout si les médias locaux s’en mêlent. MC