Festivals d’Avignon : Filippetti n’est pas la bienvenue.

Depuis des mois, les intermittents ont prévenu: les membres du gouvernement sont persona non grata et ce, dans tous les festivals. La rumeur, a confirmée depuis, la venue de la ministre de la Culture au Festival d’Avignon est loin de contribuer à l’apaisement.

Nul ne sait si elle compte assister à une représentation. Étrange annonce qui jette de l’huile sur le feu dans une manifestation passablement secouée.

Samedi dernier, plusieurs milliers d’intermittents à l’appel de la CGT spectacle et de la coordination, toujours aussi remontés contre le nouveau protocole d’assurance chômage, ont envahi les rués d’Avignon, dans un brouhaha revendicatif et festif des plus impressionnants.

Huit spectacles sur les onze programmés ce jour-là ont voté la grève. Plus qu’annoncés à la mi-journée par le directeur du Festival, Olivier Py, qui a affirmé: « Je ne pense pas que la grève soit une bonne stratégie, c’est plutôt une tragédie. »

Des compagnies du Off étaient de la partie. Beaucoup ont décidé de reverser leur recette à la caisse de solidarité.

La troupe, formidable, du Mahabharata, respectueuse de la grève des techniciens de la carrière de Boulbon où se produit le spectacle, a joué, gracieusement, sur le parvis du palais des Papes, quelques extraits en costume, avec l’appui amical des techniciens grévistes présents à leurs côtés. Un instant magique sous l’œil attentif de Miyagi Satoshi le metteur en scène.

Le public, venu en nombre, a chaleureusement salué la performance des acteurs et des musiciens qui avaient lu auparavant un texte pour dire que si la grève « est loin d’être notre valeur, nous la respectons puisqu’il s’agit d’une décision fondée sur une valeur provenant d’une propre histoire ».

La journée d’action du 12 juillet a eu des répercussions ailleurs.

Le festival Les Folies d’O à Montpellier était en grève. Celui de Radio France aussi, le lendemain. De nombreuses actions de mobilisation ont eu lieu à Marseille, Paris, Lille, et même jusqu’à La Rochelle, aux Francofolies.

La CGT spectacle maintient son « appel à amplifier la mobilisation sous toutes ses formes : débats et rencontres avec le public, actions, interpellation des membres du gouvernement, et, bien sûr, grèves pour lesquelles le préavis de juillet sera reconduit pour le mois d’août »

Marie-José Sirach – Huma Quotidien du 15 juillet 2014.