“Les médiocres sont de retour dans la vallée fertile”

Exit – “Là-bas si j’y suis”, créée et présentée depuis 1989 par Daniel Mermet. En colère, celui-ci réagit.

C’était un peu le poil à gratter de France Inter depuis sa création en 1989. Son présentateur un peu cabotin, ses reportages au long cours, son regard critique sur l’actualité, son répondeur incontournable et ses « café repaires » avaient fait de Là-bas si j’y suis un monument de la radio publique. Mais l’émission présentée par Daniel Mermet du lundi au jeudi à 15h donnait de l’urticaire aux directions successives de France Inter. Après avoir survécu à plusieurs attaques, elle ne sera cette fois-ci pas reconduite en septembre prochain.

A presque 72 ans, le taulier de l’émission n’a rien perdu de son tranchant.

Dans notre entretien, il dénonce « une décision politique », guidée par « des attitudes de revanche personnelle ». Frédéric Schlesinger, l’actuel directeur délégué aux antennes et aux programmes de Radio France, avait déplacé Là-bas si j’y suis de 17h à 15h en 2006, quand il était directeur délégué de France Inter. A cette époque le dirigeant avait dû faire face à une pétition de soutien à l’émission qui avait recueilli 216 000 signatures. Aujourd’hui, une pétition similaire circule. Elle a rassemblé 25 000 signatures en 48h. Et un rassemblement est prévu le samedi 5 juillet à 14h devant la maison de la radio contre la suppression de l’émission. Entretien avec Daniel Mermet.

Comment Laurence Bloch a-t-elle justifié auprès de vous l’arrêt de votre émission ?

Daniel Mermet – Elle m’a indiqué cela ce matin (vendredi 27 juin, ndlr). Il y avait des rumeurs, des papiers qui étaient sortis, sans qu’elle ait pris soin de me prévenir, de me voir, ni de dialoguer avec moi en aucune façon. Il n’y a pas eu de confrontation, ni de négociation. La décision a été prise, m’a-t-elle dit, de suspendre l’émission et de suspendre aussi ma présence à l’antenne.

Vous a-t-elle expliqué pourquoi elle a pris cette décision ?

Oh mais oui ! Elle a avancé plusieurs arguments fallacieux, mais ça ne lui coûte rien de mentir : elle a tout pouvoir, et je n’en ai aucun. Il est par exemple fallacieux et mensonger de dire qu’il y a eu un tassement de l’audience sur la tranche horaire de Là-bas si j’y suis. Lorsque nous avons été placés sur cet horaire en 2006 – et tout le monde le sait bien à la radio, à commencer Frédéric Schlesinger (nouveau directeur délégué aux antennes et aux programmes de Radio France, qui était directeur de France Inter à l’époque, ndlr) -, l’audience de cette tranche était de 150 000 auditeurs. Aujourd’hui elle est à 450 000 auditeurs. Donc Là-bas si j’y suis a amené au moins 300 000 auditeurs à France Inter : c’est la plus grosse audience sur cette tranche dans l’histoire de la station. Je suis très au courant de cela. Il y a eu un léger tassement cette dernière année, parce qu’ils ont amputé eux-mêmes l’émission d’une heure le vendredi, et de dix minutes à la fin de chaque émission. Sa progression s’est faite malgré une marginalisation permanente, et un refus constant de la promouvoir sur l’antenne. Vous n’avez jamais entendu une promotion de Là-bas si j’y suis dans une journée de France Inter quand Laurence Bloch était à la direction de l’antenne (Laurence Bloch était directrice adjointe de France Inter depuis 2010, avant d’être nommée directrice en mai 2014, ndlr).

La direction de France Inter explique aussi qu’elle veut rajeunir la station.

C’est vrai que je vais avoir 72 ans cette année, mais je n’en ai pas honte du tout ! Faire du jeunisme ou de la gérontophobie est tout à fait honteux. Est-ce que Radio France va faire de la gérontophobie avec Edgar Morin ou Ken Loach ? C’est absolument dégueulasse de dire qu’il faut virer les vieux pour les remplacer par des jeunes. Ce n’est pas parce que les journalistes sont jeunes que le public se rajeunit. Aujourd’hui Noam Chomsky est lu en terminal. Cet argument ne marche pas. Il n’y a pas eu de vieillissement de cette émission, car elle est nourrie par l’actualité, par l’air du temps. Leur point de vue n’est pas défendable.

Que reste-t-il alors comme argument ?

Il faut changer, il faut rajeunir, soit. Mais pourquoi faire disparaître une émission, alors qu’on aurait pu la mettre le week-end ? Il y a une volonté de la faire disparaître. C’est la réalité. Quand vous avez débusqué ces mensonges arrogants, il reste que c’est une décision politique. C’est une émission qui déplaît, à cause de sa ligne éditoriale, à l’actuelle direction de Radio France, tout simplement. En vertu peut-être – c’est plus compliqué – des attitudes de revanche personnelle qui peuvent dicter la conduite de cette direction.

Laurence Bloch vous a-t-elle proposé un retrait plus progressif, ou une autre émission, à vous et votre équipe ?

Elle nous fait vaguement miroiter des reportages pour l’été prochain, mais c’est très flou. C’est à voir. A priori c’est très douteux, il n’y a aucune confiance entre nous. Elle va recevoir l’équipe la semaine prochaine. Ils sont cinq à être au tapis: Giv Anquetil, 17 ans de Là-bas si j’y suis, Antoine Chao, 14 ans de Là-bas si j’y suis, Charlotte Perry, 6 ans, Gaylord Van Wymeersch et Anaëlle Verzaux, respectivement 3 ans et 2 ans. Ce sont tous de formidables journalistes de radio. J’avais dit et répété – et nous en sommes d’accord avec l’équipe – que j’étais favorable à une transition, c’est-à-dire que les plus expérimentés, Giv et Antoine, devaient prendre le relais. J’en avais parlé à Frédéric Schlesinger, qui disait que c’était une bonne idée, et l’équipe était d’accord pour se lancer dans l’aventure, s’approprier sur quelques mois l’édition, et vogue la galère ! Moi je continuerai à avoir une heure peut-être par semaine, c’était une transition qui permettait de garder l’image de Là-bas si j’y suis, de faire cela respectueusement vis-à-vis de gens qui ont passé leur vie entière à France Inter, ce qui est mon cas. Et non, c’est ce qu’ils ne veulent pas.

Pensez-vous accepter l’idée d’une émission composée de reportages l’été prochain ?

Non, je pense que c’est trop humiliant. C’est très difficile à accepter. Je pense qu’ils font une très grosse erreur humaine vis-à-vis de moi. C’est tout simplement une conduite que je peux qualifier d’inélégante : on ne traite pas des personnes qui ont passé trente-cinq ans de leur vie à France Inter, qui ont donné toute leur vie à la radio, de cette façon. Ce sont des gens brutaux, arrogants, et qui font une faute professionnelle lourde. Je pense qu’ils trahissent les potentialités de cette maison, et sa vocation d’être un haut lieu de l’éducation populaire. Ils se sont approprié cette maison, ses moyens, pour des horizons extrêmement étriqués et mesquins. Il y a une vraie lutte. Alors que tout se privatise, le service public n’a toujours pas de pub. C’est à pleurer de constater que ce potentiel est entre les mains de médiocres. En 2010, j’avais qualifié la direction de France Inter de médiocres dans une vallée fertile. Aujourd’hui les médiocres sont de retour dans la vallée fertile.

La direction de la radio affirme qu’elle a proposé une hebdomadaire aux membres de votre équipe. Est-ce suffisant ?

Cette rumeur circule. Moi je pense que c’est un contre-feu pour essayer de calmer la colère des auditeurs qui est en train de monter. Mais que feront-ils quand ils seront à cinq sur une heure d’émission? Ils vont avoir cinq cacahuètes à se partager, alors que là ils avaient toute la place pour poursuivre. Et ce n’est qu’une vague promesse, ce n’est pas acté. Ils pourraient le faire très vite, cela pourrait être une issue, mais le mode de gestion de tout cela est détestable. Il faut souligner que si cette situation est possible, c’est à cause de la précarité dans laquelle nous sommes. Les personnels des programmes sont en CDD, c’est-à-dire qu’ils sont précaires, et la précarité mène à la docilité. Or docilité et journalisme ne devraient pas être des mots que l’on puisse associer. C’est un mode de gestion extrêmement commode de menacer de nous virer, ou de ne pas renouveler notre contrat à la fin du trimestre. On finit par s’écraser, et par traiter de sujets plus faciles.

Comment expliquez-vous que l’émission ait traversée toute la période Sarkozy, avec Philippe Val, qui ne vous était pas favorable, à la tête de France Inter, et qu’aujourd’hui elle disparaisse, sous un gouvernement de gauche ?

Pendant la période Val-Hees, l’émission était très respectée par Jean-Luc Hees, parce qu’à la différence de la direction actuelle, Hees est un journaliste. Même s’il n’était pas d’accord avec la ligne éditoriale de l’émission, avec une certaine façon d’aborder les sujets, de les traiter, il la respectait beaucoup. Il appliquait le principe bien connu: je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je ferai tout pour que vous puissiez le dire. Jean-Marie Cavada, dieu sait si nous ne sommes pas sur la même ligne éditoriale, mais quand il était président de Radio France il avait trouvé que cette émission était très bien, car nous étions les seuls à Radio France à l’avoir. Pour lui c’était une émission alter-mondialiste, il disait: « vous êtes très bien sur ce créneau là, sur cette ‘niche’ là, continuez ». C’est comme ça que cela se passait avec les journalistes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Quelle est la légitimité de cette petite oligarchie cooptée qui est aux commandes de l’audiovisuel public? Il s’agit d’abus de pouvoir, ils n’ont pas de légitimité. C’est une affaire qui concerne 400 000 auditeurs. Il ne faut pas oublier que la radio leur appartient, c’est eux qui la financent. Or ils ne sont pas considérés dans les prises de position de la direction, pas plus que dans la nomination des personnels, puisque c’est le CSA qui décide.

Avant d’être nommée directrice de France Inter en mai 2014, Laurence Bloch était directrice adjointe depuis 2010. Quel était l’état de vos relations avec elle ?

Cela s’est très mal passé. Pour faire vite, nous n’avons pas du tout la même sensibilité politique, elle l’a manifesté à maintes reprises. On était par exemple très fiers d’avoir un entretien exclusif avec Julian Assange, qui était à l’ambassade de l’équateur à Londres, mais elle n’a jamais voulu que l’on fasse la promotion d’une émission comme celle-là. Je trouve normal, légitime et même nécessaire qu’une direction intervienne sur le fond, qu’on ait des discussions sur une ligne éditoriale, mais ils ne le font jamais, par manque de courage, de compétence ou d’envie. Ils préfèrent se séparer d’une émission plutôt que d’en discuter le contenu. Philippe Val le martelait : “faites de la culture, ne faites pas de la politique”. Il est vrai que Là-bas si j’y suis a une tonalité particulière, mais il ne faut pas être dans la caricature. Ce sont des émissions qui ont un regard critique sur les choses. Les messages laissés sur le répondeur ne sont pas tous univoques. C’est l’esprit critique et indépendant qui m’ont fait passer pour un bolchevik le couteau entre les dents. Il arrive que l’on ne soit pas neutres, mais à mon avis la neutralité est impossible : les auditeurs connaissent notre grille de lecture.

Mathieu Dejean – Les Inrocks.com – Permalien


 Autres commentaires


 

Mermet, et le pluralisme sur France Inter?

L’annonce de la fin de l’émission de Daniel Mermet suscite la colère des auditeurs et pose la question d’une information alternative dans la grille de France Inter.

France Inter envoie un très mauvais signe à ses auditeurs, en annonçant la fin de Là-bas si j’y suis. Les protestations sur les réseaux sociaux, après l’annonce, vendredi, d’une refonte des après-midi de la station publique sont révélatrices d’un malaise sur le traitement de l’information.

Pourquoi cette émotion?

D’abord parce que Là-bas si j’y suis présente des reportages sociaux et internationaux, avec des angles singuliers et d’une qualité incontestable. L’émission permet, depuis vingt-cinq ans, de relayer la voix des sans-voix, et de donner du corps à des analyses à contre-courant de la pensée dominante. C’est aussi, qu’on l’aime ou pas, un « répondeur », qui chaque jour relaie la colère sociale dans le pays.

Un rendez-vous insolite dont les déçus de la politique de Hollande, après Sarkozy et Chirac, se sont emparés. Et qui représente, à la fois sur l’antenne et dans le pays, un espace pour la liberté d’expression.

La direction de France Inter ne propose pas, jusqu’ici, d’équivalent à cette émission, dont le rôle dans le paysage audiovisuel est carrément alternatif. Laurence Bloch, directrice de la station, a au contraire réalisé un joli tour de passe-passe en proposant aux collaborateurs de Mermet un seul créneau hebdomadaire, contre quatre heures jusqu’à présent.

Lorsque l’émission de Mermet avait été déplacée dans la grille, en 2006, de 17 heures à 15 heures, l’émotion avait déjà été grande. Même si elle ne pousse pas Mermet vers la sortie, en lui proposant parallèlement le pari ambitieux de réaliser une série de grands reportages pour l’été prochain, Laurence Bloch risque de créer à nouveau un effet de rejet à l’égard de France Inter, comme Philippe Val en 2010, avec le renvoi de Didier Porte et de Stéphane Guillon.

Car l’émoi suscité chez les auditeurs témoigne d’un déficit de pluralisme, que représente pour une part Daniel Mermet, et qui ne trouve pas sa place ailleurs dans la grille. Pourquoi les voix qu’il fait entendre sont cantonnées à ce créneau horaire ?

Quid du pluralisme sur France Inter, notamment dans la Matinale, comme le soulèvent nombre d’auditeurs sur les réseaux sociaux ?

Leur colère est à la mesure de la gifle qui leur est infligée.

Caroline Constant – Huma Quotidien du 30 juin 2014


 Pour Le Monde

Votre émission, comme d’autres sur France Inter, n’a-t-elle pas trop vieilli ? Une nouvelle génération ne doit-elle pas prendre la relève ?

Peut-être, mais je crois surtout que c’est une décision politique. Je ne suis pas propriétaire de l’antenne mais je pense que derrière cet arrêt, il y a de la revanche, probablement des règlements de compte. De nombreux directeurs ont tenté de nous débarquer, mais ils n’y sont jamais arrivés.

Jean-Paul Cluzel, un des anciens PDG de Radio France qui ne cachait pas ses opinions de droite, m’avait dit à la veille des élections de 2007, qu’il fallait « rééquilibrer l’antenne politiquement ». Et puis, finalement nous avons survécu pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy !

Votre engagement et le soutien des auditeurs sont-ils vos meilleures protections ?

Peut-être… Mais, quand il était directeur d’Inter, Jean-Luc Hees nous a laissés tranquilles, même s’il n’était pas d’accord avec tout ce que l’on faisait. Et Hees n’a jamais été un gauchiste ! Seulement c’était un excellent journaliste qui avait fait ses classes aux Etats-Unis et estimait qu’il fallait laisser tout le monde s’exprimer.

Même chose pour Jean-Marie Cavada, autre journaliste, qui, à la tête de Radio France, a tout fait pour que l’émission continue d’exister à l’antenne. Aujourd’hui, les dirigeants de Radio France ne sont plus des journalistes mais des gestionnaires.

Daniel Psenny (extraits) – Le Monde – Permalien


 

Pour Télérama

La direction de France Inter a reçu Daniel Mermet en fin de matinée. Alors que les bruits de couloirs accréditaient plutôt la thèse d’un glissement de son émission de la semaine au week-end (elle est aujourd’hui diffusée à 15 heures, du lundi au jeudi), il a appris qu’elle ne figurerait plus du tout sur la grille de la prochaine saison.

Toutefois, la chaine prévoit bien un nouveau rendez-vous hebdomadaire, qui pourrait perpétuer l’esprit de Là bas si j’y suis, car il serait confiée à de plus jeunes reporters, formés à « l’école Mermet ».

Cela serait conforme à la politique de rajeunissement de l’antenne, clairement assumée par la directrice, Laurence Bloch.

Télérama Permalien


Pour Politis

On ne pouvait pas virer Mermet comme çà, à froid. Il fallait une « charrette », en espérant qu’elle serait bien pleine, et que ça ne se verrait pas trop. C’est ce qu’a dû penser la nouvelle direction de France Inter qui, profitant des bouleversements des programmes de rentrée, vient de congédier le gêneur.

Depuis 1989, Daniel Mermet, c’était « Là-bas si j’y suis ». Un ton, un style radiophonique sans équivalent, et plus encore un espace de liberté dans un monde contrôlé par l’idéologie libérale. Certains diront que tout a une fin et qu’il est temps que Mermet, à l’antenne depuis 1976, laisse la place aux jeunes. C’est d’ailleurs en arguant du nécessaire « rajeunissement » que Laurence Bloch, directrice de France Inter, a justifié sa décision. Mais, au-delà du sort de Mermet lui-même, du talent que personne ne lui conteste, c’est le pluralisme qui est en jeu.

C’est au nom de ce pluralisme et du droit à l’expression d’un large courant de pensée (appelons-le « altermondialiste »), qui n’a voix au chapitre nulle part ailleurs sur France Inter, que Politis soutient Mermet et son équipe. C’est à ce titre que nous serons présents jeudi 3 juillet à 18h, au Cabaret sauvage [1]. Nous y serons aussi parce qu’en dépit des dénégations, il est trop évident qu’il y a du règlement de compte politique dans cette affaire.

Nota Bene :

[1] Meeting de soutien à « Là-bas si j’y suis », jeudi 3 juillet 18h, Le Cabaret sauvage, parc de La Villette, 211, av. Jean-Jaurès, Paris XIXe.

Une manifestation est également organisée samedi 5 juillet à 14h, devant la Maison de la Radio.

 Denis Sieffert – Politis – Permalien


 

 

 

Laisser un commentaire