Générique : les labos dictent toujours leurs lois.

L’association GEMME (Générique Même Médicament) qui réunit quinze entreprises du médicament générique a demandé au gouvernement, du fait de l’absence d’évolution de leurs bénéfices, voire d’une régression, de prendre des sanctions contre les médecins prescrivant peu de médicaments génériques.

Le GEMME a été entendu puisque la Sécurité sociale vole à son secours et va ré ouvrir la chasse aux médecins qu’elle juge trop partisans du « non substituable ».

La Sécurité sociale travaille-t-elle pour le GEMME ?

Elle donne déjà des primes aux médecins et pharmaciens pour les inciter à prescrire plus de médicaments génériques. Elle exerce un chantage sur l’assuré social en lui assurant le bénéfice de la dispense d’avance de frais auprès du pharmacien que s’il accepte les médicaments génériques.

Enrichissement des industries du générique

Sous prétexte de faire des économies à la Sécurité sociale, celle-ci participe à l’enrichissement des industries du générique. Car si on voulait réellement agir séance tenante sur le déficit de la Sécurité sociale, on appliquerait le TFR (Tarif Forfaitaire de Responsabilité) sur tous les médicaments. Cela permettrait, peut-être, que les véritables industries du médicament ne s’exilent pas hors de France.

Mais la Cnam et gouvernement refusent de contrarier les industries du générique et préfèrent organiser une « chasse aux sorcières » et dégoûter le médecin de son travail.

Dr Jean Hvostoff – Extrait, lu dans « Le Généraliste » – Permalien

Laisser un commentaire