La France et le FN, vu par les pays européens

“Séisme”, “tremblement de terre” : la presse européenne est unanime pour souligner le choc que constitue le résultat du Front national en France. Les éditorialistes pointent du doigt la responsabilité des partis traditionnels et regardent vers la présidentielle de 2017.

A force de jeter, pendant des semaines, de l’huile sur les braises eurosceptiques, « l’huile a pris feu », titre en Allemagne la Süddeutsche Zeitung. Le quotidien de Munich souligne que le taux élevé d’abstention [57 %] a pesé lourd sur le résultat.(…) Marine Le Pen a « élargi le système bipolaire français en un système tripartite », analyse le quotidien.

Même constat en Italie où le Corriere della Sera estime que « le triomphe » du Front national, premier parti du pays ne se mesure pas en termes de voix exprimées, mais par rapport aux conséquences dramatiques qu’il aura sur le cadre politique français, désormais au bord de l’implosion. La maladie française est profonde ; aujourd’hui, elle semble irréversible et elle contamine les équilibres européens.

A Turin, les deux derniers présidents français sont montrés du doigt : « La désastreuse présidence de Sarkozy d’abord, la très décevante — pour le moment — saison de Hollande ensuite, ont ouvert un boulevard à Madame Le Pen », écrit La Stampa. « Il est difficile de combattre ses slogans simplistes et même irréalistes (qui peut penser, aujourd’hui, refermer les frontières aux marchandises, aux personnes et aux capitaux ?), surtout avec un taux de chômage à deux chiffres. Mais il est certain que, à partir d’aujourd’hui, rien ne sera plus comme avant, ni pour les partis historiques de la gauche et de la droite ni non plus pour le Front national. »

Un pays bouleversé

A Londres, le Financial Times a déjà les yeux rivés sur l’échéance présidentielle de 2017 :  « L’ampleur de sa victoire va donner un sacré coup de pouce au dessein ultime de Madame Le Pen qui est de faire du Front national la troisième force politique de France. Cette victoire constitue une réelle menace pour les deux partis traditionnels en vue des élections présidentielles de 2017. Jusqu’à présent, ils n’y ont apporté aucune réponse cohérente. »

Le Guardian constate que « même leurs opposants déclarés l’ont reconnu : c’est une victoire historique.

En Espagne, un détail n’a pas échappé à La Vanguardia : « Le FN a très vite sorti les affiches ‘premier parti de France’.

C’est une présomption excessive, puisque leur victoire, même s’il est vrai qu’elle est historique, s’appuie sur une abstention de 57 % et a été favorisée par le fait qu’en France, comme dans plusieurs pays européens, les élections sont perçues comme inoffensives et permettent d’exprimer sa mauvaise humeur en toute liberté. Qu’on le veuille ou non, ce résultat met en évidence la colère de la société française et un anti-européisme furieux », conclut le quotidien catalan.

De son côté, El País constate que « la France qui ressort des urnes est un pays bouleversé. (…)

La fin de l’axe franco-allemand

C’est d’Italie que vient une leçon européenne de ce résultat qui laissera des traces : « L’axe franco-allemand sur lequel s’est fondée la très difficile construction européenne est aujourd’hui terminé », note L’Espresso : « Les deux peuples, ennemis historiques réconciliés par le rêve d’un continent unifié par une institution supranationale, font des choix opposés, explosifs et bouleversants.

Courrier International – Permalien

Laisser un commentaire