Le financement participatif – ça peut servir !

Les projets solidaires y trouvent leur financement sans difficulté.

Que faire ?

Cela commence par la collecte de fonds sur Internet pour des artistes (comme Grégoire et son tube « Toi + moi »), des projets d’aide au Niger, ou la création d’une coopérative locale. L’idée à financer est présentée sur une des nombreuses plateformes de financement participatif (crowdfunding).

Les internautes sont invités à verser une somme, en général modeste, qui permettra de réaliser le projet. Plusieurs modèles coexistent : il peut s’agir d’un don avec ou sans contrepartie (Ulule, United Donation), d’un prêt (Babyloan, Prêts d’Union, Spear), de la coproduction d’une œuvre (MymajorCompany) ou d’une entrée dans le capital d’une entreprise (Anaxago, Finance Utile, Smart Angels, Wiseed).

S’il s’agit d’un prêt, l’internaute est, bien sûr, remboursé. On affiche son échéancier de remboursement, les durées sont variables selon les projets et les plateformes. Le système est fondé sur la confiance mutuelle : on récupère sa mise, mais on ne gagne pas d’argent. Et ça marche.

Pourquoi ?

C’est un système de microfinance peu coûteux et un moyen d’entraide entre particuliers. Il existe d’importantes plateformes réglementées, la plupart étant regroupées dans une association.

Elles sont ouvertes à de nombreux secteurs et collectent de petites sommes via Internet pour les projets en recherche de moyens. Si les montants sont faibles, l’association Financement participatif France (FPF) fait toutefois état de 40 millions d’euros investis dans 60 000 projets en 2012. Au-delà des grandes plateformes, il en existe qui sont nationales et régionales avec le souci de développer l’économie sociale et solidaire.

La coopérative financière La Nef, seul établissement financier engagé dans la gestion responsable et transparente de l’épargne citoyenne en France, a ainsi lancé sur Internet sa plateforme « Prêt de chez moi ». Les projets solidaires y trouvent leur financement sans difficulté.

Comment ?

  •  Consulter la plateforme de La Nef « Prêt de chez moi », http://www.pret-de-chez-moi.coop/ 
  • L’association Financement participatif France rassemble les principaux acteurs du crowdfunding en France, http://financeparticipative.org/, finpartfrance@gmail.com 
  • Un livre blanc de la finance participative, publié en 2013 par le collectif FinPart-P2PVenture, précise l’ensemble des règles et des attentes du secteur. 
  • L’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) ont publié en 2013 un guide du financement participatif. http://www.redressement-productif.g…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Auteur Thierry Brun

Article paru dans Politis n° 1292

 

Laisser un commentaire