L’autre, cet ennemi !

Face aux « annonces successives de liquidations judiciaires et de plans sociaux, [le] climat [est] douloureux » et même accablant, écrivent des préfets dans une note qui alerte sur le climat économique et social.

Ils évoquent un « mélange de mécontentement latent et de résignation [qui] s’exprime de façon éruptive à travers une succession d’accès de colère soudains, presque spontanés, et non au sein de mouvements sociaux structurés ». Effet d’une crise sociale qui n’en finit pas ?

La conjonction du chômage et de la disparition de services publics est dévastatrice. Elle alimente le chacun pour soi, comme en témoigne cette réaction de certains « bonnets rouges » en Bretagne qui, dans une poussée de fièvre régionaliste, clament qu’ils en ont « marre de payer des impôts pour engraisser les riches à Paris ».

L’Autre a tôt fait de devenir l’ennemi.

L’exacerbation de la concurrence mine, plus encore que les rapports sociaux, les relations personnelles. L’incitation à la haine n’est plus très loin. « Le racisme est le fruit pourri de l’austérité », résume François Delapierre, secrétaire national du Parti de gauche. « Elle libère une parole raciste, aussi parce qu’il n’y a pas les réactions nécessaires au niveau de l’État ».

L’indignation en marches

Face au déferlement de propos racistes depuis quelques semaines, les condamnations verbales se sont multipliées. Même l’ONU a diffusé un communiqué pour condamner les attaques racistes à l’encontre de Christiane Taubira.

Des actions sont également prévues. Les grandes associations antiracistes (…) ACLefeu et des associations d’immigrés ont prévu de célébrer e le trentième anniversaire de l’arrivée à Paris de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, le 7 décembre 2013, avec le soutien des Verts, du PCF, du NPA et des Alternatifs.

« La France est beaucoup trop attractive socialement pour les immigrés », lance Jean-François Copé, alors que les minima sociaux sont parmi les plus bas d’Europe. Brice Hortefeux veut mettre sous condition l’accès à l’aide médicale d’État, Copé, encore lui, réclame que l’accès au RSA ou à la couverture maladie universelle soit conditionné par un certain nombre d’années de cotisation. La maladie attendra !

L’étranger – l’immigré – est ici discrètement stigmatisé, non en tant qu’Africain, Maghrébin ou Rom, mais comme profiteur de notre système social.

Au printemps 2012, le mensuel Alternatives économiques s’inquiétait de ce phénomène visant à attribuer aux immigrés les difficultés économiques de la France. L’idée n’est pas nouvelle. On en trouve trace dès la fin du XIXe siècle dans les journaux au sujet des Italiens. Elle resurgit à chaque période de crise.

Les stéréotypes foisonnent : la « mauvaise intégration », « l’échec scolaire », « l’emploi qu’ils prennent aux Français », autant d’idées largement répandues dans la société française, manipulées par des partis politiques et promues par certains médias. À dessein, car cela permet surtout de trouver de fausses réponses simplistes à des problèmes complexes et de déresponsabiliser les politiques. (…)

Mais les préjugés deviennent plus violents encore quand l’immigré est différent par sa couleur de peau, sa culture ou sa religion. Les peurs sociales se déplacent alors pour se superposer à des questions identitaires. La laïcité est instrumentalisée pour stigmatiser les musulmans. C’est ainsi que l’islamophobie est sans aucun doute la forme de racisme la plus développée dans la France de 2013.

En ces temps de crise, les débats sur l’identité nationale lancés en pâture par Nicolas Sarkozy ont produit des effets délétères. Non seulement l’Autre nous prend notre travail, mais il vient aussi dissoudre notre identité et bouleverser nos modes de vie…

Chômage, ou peur du chômage, et obsession d’une « identité nationale » chimérique qui serait menacée constituent le terreau du racisme. Celui-ci se manifeste dans les entreprises – ce qui est relativement nouveau – et aussi dans les cités qui concentrent les problèmes sociaux et le voisinage des cultures.

Mais le racisme se propage bien au-delà des victimes directes de la crise. Les réseaux sociaux jouent un double rôle : ils amplifient et ils désinhibent. Sous couvert d’anonymat, ou même de façon assumée parce que d’autres ont déjà osé le dire, la parole raciste se propage. Pour prendre la mesure du problème, il suffit aujourd’hui de taper « Taubira » dans la barre de recherche de Twitter. Ce qui se disait avant au zinc des bistrots s’expose maintenant sur la toile.

À tort ou à raison, les réseaux sociaux créent un sentiment d’impunité. La page Facebook « Soutien au bijoutier de Nice » en est un exemple criant. Des milliers de commentaires sont publiés et on sombre rapidement dans le racisme et la xénophobie. Pourtant, chaque commentaire est précédé du prénom et du nom de la personne qui l’a posté. Tout ou presque est publié, fautes d’orthographe incluses, y compris les appels au meurtre : « Qu’elle dommage que vous avait raté son complice » (sic). Pour un commentaire tentant de pointer les dangers de la légitime défense et d’analyser le problème, des dizaines répondent par la haine.

Article paru dans Politis n° 1278

Couv Politis N°1278

Auteurs –  Camille Selosse, Thierry Brun – Politis : Permalien http://www.politis.fr/De-l-austerite-a-la-haine-de-l,24568.html – Extrait d’un article intitulé « De l’austérité à la haine de l’autre »

Laisser un commentaire