Abdelhakim Dekhar. Un nom pas si inconnu que ça.

Celui qu’on a surnommé le “tueur fou”, avait déjà défrayé la chronique comme étant le troisième homme dans l’affaire Florence Rey – Audrey Maupin

4 octobre 1994. Florence Rey, 19 ans et Audry Maupin, 23 ans, cagoulés et armés de fusils à s’emparent des armes de deux policiers postés à l’entrée de la préfourrière de Pantin. Très vite tout dérape. Pris de panique, ils s’engouffrent dans un taxi mais arrivé place de la Nation, le chauffeur emboutit une voiture de police.

Audry Maupin et Florence Rey ouvrent alors le feu, tuant deux policiers. Le chauffeur se prend une balle dans la nuque. Rey et Maupin s’engouffrent dans une nouvelle voiture, direction le bois de Vincennes, poursuivis par des motards. Une deuxième fusillade s’ensuit, faisant deux nouvelles victimes: un policier et Audry Maupin, Florence Rey est arrêtée et condamnée en 1998 à vingt ans de prison. Elle en sortira au bout de quinze.

Maupin et Rey vivaient dans un squat à Nanterre et étaient proches des mouvances autonome et anarcho-libertaire. Maupin militait également au sein du Scalp. Pourtant, leur action semble avoir été menée dans le seul but de braquer par la suite des banques à des fins personnelles.

Le rôle d’Abdelhakim Dekhar

Celui qui est surnommé Toumi n’a pas participé à la fusillade du 4 octobre mais aurait fourni une arme au couple Rey-Maupin et fait le guet devant la préfourrière, avant de s’enfuir tandis que les deux autres prenaient le taxi en otage. C’est Florence Rey qui finit par le dénoncer. Lors de son procès en 1998, Dekhar nie être “le troisième homme” et assure avoir infiltré les squats parisiens afin d’y débusquer des islamistes pour le compte des services de sécurité militaire algériens, comme le rapporte alors Patricia Tourancheau.

Dekhar est condamné à quatre ans de prison en 1998 mais, ayant déjà effectué 4 ans de détention préventive, il est immédiatement relâché.

Lors de son procès en 1998, Dekhar nie farouchement connaître le couple Rey-Maupin et assure être un infiltré des services secrets algériens. Pourtant, il a acheté avec ses vrais papiers d’identité l’un des deux fusils à pompe ayant servi la nuit du 4 octobre.

“Dans le milieu des autonomes, “Toumi” se mouvait comme un poisson dans l’eau. Il en connaissait tous les sympathisants. Et tous le connaissaient. Pourtant personne ne savait son vrai nom.

Si l’on sait que Florence Rey est sortie de prison en 2009 à l’âge de 34 ans, Dekhar a, lui, disparu de la circulation jusqu’à son récent parcours. Hébergé à Courbevoie depuis juillet dernier, c’est la personne qui l’hébergeait qui l’a reconnu et dénoncé au commissariat de police.

Pourquoi Dekhar s’est attaqué à BFM-TV, “Libé”, la Société générale?

Le “tireur fou” aurait rédigé deux lettres, l’une dans laquelle il évoquerait, son suicide (on l’a retrouvé dans un état semi-comateux dans une voiture garée dans un parking à Courbevoie), l’autre dans laquelle il s’en prendrait aux journalistes – surnommés les “journaputes” –  aux banques et aux prisons.

D’après un article de l’agence Reuter,  paru dans les Inrockuptibles Web

Laisser un commentaire