Mort des Associations par absence de subventions …

Lorsque les directives Merkel-Hollande sur l’austérité, les demandes réitérées de Bruxelles de ne plus « subventionner aucune entrepris et associations au nom de la libre concurrence (pour l’épanouissement et l’organisation mercantile des entreprises et associations privées) Ils organisent les baisses de crédits/subventions menaçant de faire disparaître 40.000 postes dans les associations citoyennes.

C’est l’art et la manière de créer du chômage parmi les organisateurs et dirigeants d’associations, de faire disparaître des associations apportant de la solidarité en ces temps de crises aux plus nécessiteux de même que dans bien des endroits ils assuraient le combat contre l’oisiveté (mère de tous les vices) dans les citées, maintenait l’entente multiraciale, cultuelle et une certaine sécurité. MC

A Blois, l’austérité va-t-elle tuer le Planning familial?

L’association qui défend le droit à la contraception, à l’avortement et à l’éducation à la sexualité est mise en péril dans le Loir-et-Cher par une brutale baisse de subventions de l’État. « Le budget de fonctionnement est passé de 69000 euros à 37500 euros en 2013 », alerte Christine Prizac, une militante du Planning.

Permanences d’information et de conseil conjugal, accueil des femmes victimes de violences, intervention dans les collèges… tous les programmes sont touchés. « Nous devons réduire nos permanences et nos déplacements, rapporte la militante féministe. Cela diminue encore l’accès aux droits et à l’information sur la sexualité dans un département rural où l’on remarque pour­tant une baisse du recours à l’IVG. » Si rien n’est fait, les salaires des quatre salariés ne pourront plus être versés à partir de février.

Le Planning de Blois n’a rien d’un cas particulier. Partout, les associations sont victimes de l’obsession austéritaire. Partout, des projets citoyens à vocation Sociale et solidaire, sans but lucratif, sont subitement condamnés par la baisse des crédits.

À Grenoble, où le premier centre du Planning familial a vu le jour, le conseil général, dirigé par le socialiste André Vallini, a annoncé une perte de 98000 euros de subventions pour l’association. La moitié des centres en Isère vont devoir réduire leur nombre de postes.

En Seine-Maritime, le département a supprimé 50 %, des crédits alloués aux associations de prévention spécialisée. Bilan: 74 licenciements.

Lorsque le gouvernement annonce une baisse des dotations aux collectivités de 4,5 milliards entre 2013 et 2015, cela pousse ces dernières « à concentrer leurs ressources sur les dépenses contraintes, au détriment de la vie associative », alerte le Collectif des associations citoyennes (CAC), qui regroupe de grands réseaux nationaux, comme les MJC, et près de 600 associations locales.

Ce week-end, elles ont-conclu une semaine nationale d’actions pour dire « Non aux disparitions d’associations ». Elles dénoncent aussi la baisse des financements directement versés par l’État, autour de 30 % en cinq ans. La direction générale de la santé, par exemple, a saigné les associations de lutte contre le sida comme Aides (-30 % de subventions) et Act Up (-30.000 euros).

En plus du désengagement financier, les organisations « subissent les conséquences de la circulaire Fillon, qui les transforme en prestataires de services », dénonce le PCF qui soutient le mouvement. (1)

Aujourd’hui, 140.000 associations citoyennes, poussées à la concentration, sont en grande difficulté. Depuis 2010, plus de 3.5000 emplois ont déjà été supprimés, alerte le collectif. « Et le dernier plan de rigueur menace 30.000 à 40.000 nouveaux emplois. » Soit un « énorme plan social, comparable à celui des reconversions industrielles des années 1980 »,

Pierre Duquesne – Huma Quotidien, Lundi23 sept 2013

(1) Pour ma part je me suis toujours etonné