Retour sur l’évènement du « voile » à Trappes.

Différentes analyses d’un évènement récent sont à connaitre pour juger en son âme et conscience et se poser l’éternelle question : pourrais-je vivre dans ces banlieues sans crainte, sans désespoir ? MC

Voile 2 001Dessin de Bertrams, Pays Bas

Une analyse parue dans l’Humanité

À Trappes, l’islam n’est pas la raison de l’embrasement du quartier des Merisiers, racontent les habitants.

Tous témoignent des difficultés sociales, mais aussi et surtout de l’agressivité de la police vis-à-vis des jeunes.

Lundi soir, le centre commercial des Merisiers bouillonne. Les habitants de Trappes s’arrêtent devant les alléchantes pâtisseries orientales installées, ramadan oblige, à l’entrée du supermarché Dia, du bazar ou de la boucherie… Adossé à la « boulangerie traditionnelle », d’où émane une forte odeur de baguette, Ali, soixante ans, ne fait plus attention à cette ambiance de village.

Ce retraité lit paisiblement le Parisien du jour. « Encore des violences à Trappes », titre l’article, sous un autre intitulé « Sensible loi sur le voile ». « Les jeunes ont plutôt voulu vider leur colère », analyse cet ancien ouvrier de l’usine Fiat de Trappes, qui a fermé ses portes depuis bien longtemps. Selon lui, les émeutes ne sont pas uniquement liées au contrôle d’une femme en niqab, jeudi soir, contrairement à ce qu’indiquent les déclarations de Manuel Valls ou l’instrumentalisation du FN.

« La grande majorité des musulmans du quartier sont contre le port du voile intégral », confirme le gérant d’un taxiphone. « On met tous les musulmans dans le même paquet, on fait l’amalgame entre cette histoire de niqab et l’affrontement avec les policiers. Concrètement, les jeunes ont surtout voulu se faire du flic », ajoute aussi Iliès, vingt-huit ans, venu saluer des employés municipaux devant l’école. « Je suis contre ces violences qui ne servent à rien sauf à donner encore une image négative du quartier. Mais, en même temps, » poursuit-il, « je les comprends. »

« Il y a un ras-le-bol contre l’attitude plus qu’agressive des policiers ou des CRS. » « Les tutoiements systématiques, les insultes, les « dégage » sont monnaie courante dans le quartier », raconte aussi Kamel, un salarié de trente-deux ans, un « ancien » comparé à l’âge de la plupart des émeutiers. Employé municipal, Nabil enfonce le clou. « Même si certains sont corrects, il y a un problème avec les policiers, dont on devrait revoir la formation. » Ce quadragénaire, qui a des dizaines d’anecdotes à raconter sur les contrôles d’identité, signale qu’une vidéo diffusée sur Internet « montre un père de famille se faisant insulter ce week-end par des agents pour le simple fait d’être à l’extérieur ».

« Le contrôle de cette femme, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », conclut Nabil, qui arbore son tee-shirt de la ville, rebaptisée il y a peu « Trappes-en-Yvelines ». « On a changé le nom, on a repeint les façades des immeubles, on a voulu changer l’image de la ville, mais à l’intérieur des immeubles, c’est toujours la même misère », analyse Julien Iborra, élu de la ville et responsable fédéral du PCF

Beaucoup d’habitants ont reporté leur départ en vacances pour pouvoir fêter le ramadan. Ils sont aussi nombreux à ne pas partir du tout, en raison de leurs difficultés financières. Selon les chiffres du ministère de la Ville datant de 2009, dans le quartier des Merisiers, 28 % des ménages bénéficiaient d’une allocation de chômage, dans cette ville, la plus pauvre du département. Triste symbole, dans ce quartier, la mission locale et le Pôle emploi ont été remplacés, rue Paul-Langevin, par les Restos du cœur.

La rénovation urbaine, loin d’être une réponse suffisante, a, au contraire, « aiguisé les frustrations », selon Stéphane Dumouchy. Ce blogueur, critique envers la mairie, raconte qu’il a dû faire face à une certaine hostilité lorsqu’il a emménagé dans les nouvelles copropriétés construites sur les gravats des anciens HLM.

« On est chez nous, disent d’ailleurs de nombreux jeunes aux médias », rapporte Stéphane Dumouchy, qui déplore l’absence des élus sur le terrain et le manque de médiation après les événements.

« Aux Merisiers, la vie associative s’est fortement affaiblie depuis 2001 », note Stéphane Dumouchy. À part le club de foot, c’est surtout l’Union des musulmans de Trappes ou la mosquée qui créent aujourd’hui du lien social.

Isolés, les habitants du quartier le sont plus encore par ces kilomètres de barrières de digicodes et de parapets flambant neufs, qui bordent chaque avenue, quadrillent chaque square et divisent les espaces verts. « Résidentialisation », disent les promoteurs de la rénovation urbaine. Une architecture sécuritaire ou les camions de CRS ont repris leur ballet, lundi soir, vers 20 heures. Est-ce cela le retour de la République chère à Manuel Valls?

Pierre Duquesne – Huma du 24 juillet 2013

La vision vue d’Angleterre

L’erreur des Musulmans de Trappes

Dans les Yvelines comme partout ailleurs en Europe, la loi s’applique à tous, y compris à la communauté musulmane, ce que certains de ses membres ont du mal à comprendre.

Lorsque la police française a voulu contrôler l’épouse d’un Français d’origine arabe (il s’agirait en réalité d’un Français converti à l’islam) qui portait le voile intégral, le sang de ce dernier n’a fait qu’un tour. Il a estimé que la police violait les libertés individuelles. Lui, par contre, n’a eu que faire de la loi française, qui interdit le port du voile intégral depuis le printemps 2011.

Ce voile suscite la peur chez d’autres citoyens. La police a donc le droit de procéder à un contrôle. Or, à l’instar de beaucoup de mâles arabes soucieux de protéger leur honneur, cet homme a agressé le policier. Il a été arrêté et devra prochainement passer devant le juge.

Le plus étrange dans cette affaire, c’est qu’elle a soulevé la communauté arabo-musulmane en France. Elle a manifesté devant le poste de police, ce qui est son droit. En revanche, ce qui n’est pas un droit, c’est de recourir à la violence et de brûler des poubelles (ainsi que des voitures et différents biens publics).

La conception de leurs droits qu’ont ces communautés arabes de toute l’Europe me laisse perplexe. Elles font deux poids, deux mesures. Pourquoi ne se sont-elles pas mobilisées pour dénoncer l’agression d’un soldat britannique (le 25 mai 2012) par Michael Adebowale, citoyen d’origine nigériane (dont le procès aura lieu en novembre), qui l’a égorgé dans un attentat des plus horribles et barbares ? Ou pour dénoncer sa déclaration selon laquelle il a commis son acte pour « la seule raison que des musulmans sont combattus tous les jours par des soldats britanniques.

Avec ce soldat, (il) applique la loi oeil pour oeil, dent pour dent »? Est-ce que les musulmans émigrent vers l’Occident afin de se venger et d’appliquer la loi du talion ? Ne vaudrait-il pas mieux essayer de changer la politique par des moyens à la disposition de tous les citoyens plutôt que de consolider, chaque fois, cette image de violence, de barbarie et de non-respect de la loi? Et puis ne sont-ils pas les premiers bénéficiaires du système d’impôts, payés par tous y compris par les policiers ?

Tous les pays où les musulmans trouvent refuge ne sont-ils pas des pays chrétiens ? 11 n’y a pas un seul pays musulman qui donne l’asile, même dans les cas les plus graves. Par exemple, il y a ce jeune Palestinien qui vit dans la zone de transit [de l’aéroport de Kuala Lumpur] en Malaisie, pays musulman, depuis plus de cinquante jours et qui ne reçoit qu’un repas par jour. Aucun pays musulman ne lui a accordé le droit de résidence (jusqu’au 14 juillet, lorsque la Malaisie lui a finalement donné un permis de séjour de trente jours).

Pourquoi les communautés arabes ne se mobilisent-elles pas quand un père musulman frappe sa fille ou la tue sous prétexte de défendre son honneur, ce qui arrive de plus en plus souvent en Europe? Pourquoi ces communautés ne livrent-elles pas le coupable au lieu de le protéger et de justifier son crime ? Et comment les gouvernements occidentaux doivent-ils réagir lorsqu’un jeune homme comme Nassim Mimoun (24 ans) agresse une infirmière parce qu’elle a retiré le voile intégral que portait son épouse pendant l’accouchement (à Marseille, en décembre 2011) ?

Ce genre de comportements ne donne-t-il pas le droit aux pays occidentaux de revoir leurs règles d’attribution de la nationalité ? La nationalité confère les droits du citoyen à des gens qui n’y croient pas, parce qu’ils se sentent appartenir à une « nation islamique » qui constitue pour eux une « patrie » et qui leur donne le « droit » de faire du prosélytisme partout dans le monde. Que peut bien penser le contribuable occidental de ces personnes qui profitent de leur tolérance pour mieux répandre des idées extrémistes et dangereuses, à l’instar du fils (du prédicateur islamiste) Abou Hamza Al-Masri, qui a publiquement appelé à la guerre sainte dans une mosquée de Londres ?

Nous avons tous la responsabilité de défendre notre sécurité face à des gens qui veulent porter atteinte à nos vies et aux pays qui nous ont accordé les libertés et le respect qu’on ne trouve pas dans la plupart de nos pays musulmans. Oui, je me tiendrai aux côtés de la justice occidentale contre toute personne condamnée pour avoir menacé la sécurité de mon propre fils, comme du tien.

Auteur Ahlam Akram Publié le 21 juillet – Elaph Londres

Version Marine Le Pen, confondant tout et son contraire

Des centaines de voyous déchaînés ont voulu faire une démonstration de force cette nuit à Trappes en attaquant le commissariat.

Leur objectif était clair : démontrer par la violence qu’ils ont pris à la République le contrôle de pans entiers du territoire national. Faire savoir que la loi française n’est pas la bienvenue, qu’il s’agisse de l’interdiction du voile intégral ou du respect de l’ordre public. On notera qu’une nouvelle fois ces émeutes sont liées à la montée d’un communautarisme délétère exacerbé par une immigration de masse. …

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En conclusion temporaire, bien évidemment je suis pour que la loi soit appliquée. Sans son respect c’est très vite l’anarchie qui règnera et la loi du plus fort n’a jamais servi l’ensemble de la population. C’est l’union des peuples qui amène le progrès, impose des solutions pérennes, le respect d’autrui et la sécurité. MC